Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Le bulletin de notes présenté par l’UNICEF sur le programme Éducation et accueil des jeunes enfants place le Canada bon dernier.

Dans un contexte de bouleversements financiers sans précédent et de ralentissement constant des économies canadiennes et mondiales, les familles canadiennes ont besoin de protection.

Le rapport précise que les pays de l’OCDE accordent en moyenne 0,7 pour cent de leur PIB à l’EAJE, alors que l’UNICEF recommande d’y consacrer au moins un pour cent.

Au Canada, le gouvernement Harper ne peut même pas respecter la moyenne de l’OCDE et consacre moins de 0,3 pour cent du PIB à l’EAJE – dont la majorité est dépensé au Québec. Entre-temps, le reste du Canada attend toujours un financement suffisant des services de garde à l’enfance. Depuis l’arrivée au pouvoir des conservateurs en 2006, le nombre de places en garderie est tombé à son plus bas depuis des années.

Face à la présente période de turbulence économique, les Canadiens doivent avoir accès à des outils efficaces pour les aider à faire face à la réalité. Les programmes de garde à l’enfance nous rendent plus concurrentiels suite à notre investissement dans notre base de connaissances. Ce type d’investissement donne des rendements économiques et sociaux élevés, tout en appuyant et en stimulant la participation des femmes au marché du travail et en empêchant les familles de sombrer dans la pauvreté.

Un programme solide d’éducation et d’accueil des jeunes enfants contribue à la force de l’économie.

« Il est urgent d’accroître le financement fédéral destiné aux garderies publiques et cet investissement doit faire partie des mesures de stimulation de l’économie qui nous seront présentées », a déclaré Paul Moist, président national du SCFP.

Le SCFP continuera à faire pression sur le gouvernement fédéral pour qu’il mette en place un programme national de garderies sans but lucratif, à coût abordable et de qualité élevée.