Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Un mémoire du Syndicat canadien de la fonction publique présenté dans le cadre de la consultation fédérale sur le déséquilibre fiscal soutient que le Canada n’a connu de véritable progrès dans les questions sociales que lorsque le gouvernement fédéral a joué un rôle de leadership en collaboration avec les provinces.

Le mémoire du SCFP, intitulé « Changer pour vrai : Rétablir l’équilibre fiscal au Canada », conclut que le gouvernement conservateur ne doit pas utiliser le dossier du déséquilibre fiscal comme excuse pour renoncer au soutien et au leadership du gouvernement fédéral en matière de programmes sociaux.

« Si le gouvernement fédéral n’avait pas assumé un rôle de leadership dans le passé, les Canadiens ne bénéficieraient pas aujourd’hui de l’assurance-emploi, de l’assurance-maladie, de la sécurité de la vieillesse et des régimes de retraite », a affirmé Paul Moist, président national du SCFP. Pour renforcer et moderniser notre pays, le gouvernement fédéral doit reprendre son rôle de leadership dans les programmes sociaux.

Les provinces doivent pouvoir compter sur un financement prévisible et à long terme, lié à des transferts conditionnels assortis d’exigences législatives et de mécanismes applicables de reddition de comptes.

« Ce que tout le monde constate, a expliqué M. Moist, c’est que de plus en plus de responsabilités ont été confiées aux municipalités, mais sans transfert correspondant de financement pour leur permettre d’assumer le coût lié à ce délestage. Les municipalités n’ont eu d’autre choix que de hausser les impôts fonciers. Ainsi, ce sont les gens de la classe moyenne et les plus pauvres qui ramassent la facture pour des responsabilités qui devraient en fait incomber à ces autres paliers de gouvernement. Il s’agit d’une politique fiscale terriblement régressive et destructive dont les racines sont au niveau fédéral. »

« S’il existe un déséquilibre fiscal au pays, ce n’est pas un déséquilibre fiscal vertical entre le gouvernement fédéral et les gouvernements provinciaux, mais plutôt un déséquilibre horizontal entre ces deux paliers de gouvernement et les municipalités de tout le pays. Il y a aussi un important déséquilibre fiscal entre les provinces qui menace notre capacité à offrir des services publics comparables à tous les Canadiens », a conclu M. Moist.

« Changer pour vrai : Rétablir l’équilibre fiscal au Canada » sera présenté par le SCFP aux consultations en ligne sur le déséquilibre fiscal organisé par le ministère des Finances et par Ressources humaines et Développement social Canada (RHDSC).

Le SCFP, qui compte plus de 500 000 membres, est le plus grand syndicat du Canada.

Pour télécharger le rapport en ligne, allez sur: http://www.scfp.ca/economies/equilibrefiscal

Pour de plus amples renseignements :

Paul Moist, président national du SCFP, 613-558-2873

Toby Sanger, économiste du SCFP, 613-720-6955