CUPE can help you improve mental health in your workplace

Dans le cadre de l’Année de la santé et de la sécurité au SCFP, un profil sera publié chaque mois sur scfp.ca afin de souligner le travail des militants en santé et sécurité du SCFP, de même que les gains réalisés dans ce domaine. Cette série sera aussi l’occasion de mettre de l’avant les ressources en matière de santé et de sécurité offertes aux membres et aux sections locales. Cliquez pour des renseignements supplémentaires.

De son propre aveu, Sylvain Beaulieu, un militant en santé et sécurité du SCFP, a eu une enfance difficile. Tout jeune, il a compris l’importance de combattre l’injustice et de défendre les autres. Plus tard, c’est avec la même volonté qu’il a décidé de s’investir au sein de son milieu de travail et de son syndicat.

Sylvain Beaulieu s’occupe de l’entretien et des réparations des systèmes de chauffage et de climatisation sur la Colline du Parlement à Québec pour le compte de la Société québécoise des infrastructures. Vice-président de la section locale 2929, il est membre du comité provincial de santé et de sécurité au travail, en plus d’avoir déjà siégé au comité national. En tant que représentant en santé et sécurité au sein de sa section locale, il œuvre particulièrement au niveau de la santé mentale.

« On a une bonne collaboration de la part de l’employeur et la transparence est là. C’est le but visé car on gagne tous à travailler ensemble », a-t-il indiqué.

Avec le soutien de son syndicat et du comité provincial de santé et de sécurité au travail, Sylvain Beaulieu a effectué des recherches et fait des propositions à son employeur pour améliorer la santé mentale au travail. « Ce que nous voulions c’est que l’employeur se dote d’une approche précise en matière de santé mentale, qu’il fasse de la prévention et qu’il facilite la réintégration en milieu de travail des membres », a expliqué Sylvain Beaulieu.

« On a proposé à l’employeur un genre de protocole de retour au travail pour les membres après une longue absence due au stress ou à l’épuisement professionnel et cela a fonctionné. Aujourd’hui, je peux dire que les membres qui rentrent au travail bénéficient d’un meilleur suivi et sont beaucoup mieux appuyés qu’auparavant », a-t-il ajouté.

Pour Sylvain Beaulieu, la force et le soutien procurés par le SCFP a grandement facilité son travail en matière de santé et de sécurité, et ce, pour le bénéfice de ses consœurs et confrères. « Avoir un syndicat, c’est important parce que ça équilibre le rapport de force entre l’employeur et les membres », a conclu Sylvain Beaulieu.

Pour obtenir des ressources en matière de santé mentale au travail, veuillez communiquer avec votre conseiller en santé et sécurité du SCFP ou consultez les liens suivants :