Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Tournée de première ligne en Colombie

Les échanges entre travailleurs sont un moyen important de renforcer et de développer la solidarité entre travailleurs du nord et du sud.

Ils aident à consolider notre base de militants syndicaux prêts à lutter contre la privatisation, à exiger des services publics de qualité et à faire valoir notre droit à nous organiser collectivement. En mars 2013, le SCFP a participé à une tournée de solidarité de dix jours en Colombie, appelée « Tournée de première ligne ». Cette initiative est un projet conjoint de quatre syndicats nationaux du secteur public: l’Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC), le Syndicat national des employées et employés généraux du secteur public (SNEGSP), le Syndicat des travailleuses et travailleurs des postes (STTP) et le SCFP. Il est aussi mené en collaboration avec CoDevelopment Canada (CoDev).

Le projet a commencé en 2004 dans le but d’unir nos forces à celles de nos syndicats affiliés de Colombie pour lutter contre la privatisation des services publics, pour renforcer et défendre les droits de la personne et du travail et échanger des stratégies pour ce faire. Tout au long de la tournée en Colombie, la délégation a rencontré et échangé avec des organisations de première ligne des mouvements social et syndical du pays, des secteurs public et privé, dont nos partenaires colombiens NOMADESC, l’Association pour la recherche et l’action sociale et SINTRACUAVALLE, un syndicat du secteur des eaux.

Amnistie internationale a signalé qu’au moins 40 défenseurs des droits de la personne et leaders communautaires ont été tués en 2012, ainsi que 20 membres de syndicats. Dans les communautés autochtones, au moins 84 militants ont été assassinés, dont 21 leaders, selon l’Organisation nationale indigène de Colombie (ONIC).

Élu en 2010, l’actuel gouvernement Santos a fait des ouvertures à d’autres gouvernements de droite et à la communauté mondiale des affaires. Il leur promet l’accès aux marchés et des occasions d’affaires, tout en se targuant d’être un grand défenseur des droits de la personne. Pourtant, il laisse se poursuivre les violations des droits fondamentaux en toute impunité. La privatisation, les mesures antisyndicales et la violence continuent en Colombie. Nos partenaires ont dit craindre que leurs luttes ne deviennent invisibles alors que le gouvernement. Santos lance sa campagne de relations publiques pour redorer l’image de la Colombie aux yeux de la communauté internationale. Le SCFP continuera à appuyer ses consoeurs et confrères de Colombie.

Conférence du SCFP sur les négociations

La première Conférence nationale du SCFP sur les négociations, tenue en février 2013, a connu un vif succès, avec la participation de plus de 1 000 membres. Pendant trois jours, les membres, le personnel, les militants et les leaders de tout le pays ont partagé des stratégies et appris les uns des autres sur les meilleurs moyens à prendre pour relever les défis actuels en matière de négociations au pays.

La nature mondiale de notre lutte a été soulignée lors des exposés de plusieurs conférenciers, dont Paul Booth de l’American Federation of State, County & Municipal Employees (AFSME) aux États-Unis et Richard Pond de la Fédération syndicale européenne des services publics (FSESP). M. Booth a parlé des attaques contre les régimes de retraite aux États-Unis et de la lutte contre les lois antisyndicales. Quant à M. Pond, il a expliqué la résistance des travailleurs européens aux compressions budgétaires et aux pertes d’emplois dans le secteur public, de même qu’à l’imposition des politiques du Fonds monétaire international (FMI).

Deena Ladd du Centre d’action des travailleurs de Toronto et Joey Calugay du Centre des travailleurs immigrants de Montréal (CTI) ont souligné l’exploitation croissante des travailleurs étrangers temporaires au Canada. En général, on reconnaissait que les mêmes facteurs économiques et politiques qui mènent à l’exploitation de travailleurs migrants sont responsables des luttes que nous devons mener à la table de négociations contre la privatisation de nos services publics et les mesures d’austérité restrictives que nous subissons au Canada et ailleurs dans le monde.