Daniel Légère est un militant syndical depuis son embauche comme agent correctionnel à Saint-Hilaire, au Nouveau-Brunswick, en 1980. Pendant sa période probatoire, il est devenu délégué syndical et a lutté contre une réprimande injustifiée. Depuis, sa participation a pris de nombreuses formes au sein du SCFP et de sa collectivité.

Le confrère Légère a été élu aux postes de premier vice-président et de président de sa section locale, représentant les travailleurs du centre de détention de Moncton. Père de trois filles, le confrère Légère a fait une pause de 1994 à 1997 pour consacrer plus de temps à sa famille.

Il est ensuite retourné à la vie syndicale active, devenant président de sa section locale régionale, puis premier vice-président provincial de sa section locale. En 2000, il accédait à la présidence provinciale de la section locale 1251 du SCFP. Il a également occupé divers postes au comité exécutif de la division du Nouveau-Brunswick du SCFP avant d’être élu président de cette division en 2005. En juin 2005, il devenait membre du Comité exécutif national du SCFP.

Membre du Nouveau Parti Démocratique, le confrère Légère est le président de l’association de sa circonscription fédérale. Il œuvre aussi activement au Front commun pour la justice sociale de sa province et de nombreux autres groupes progressifs. Le confrère Légère croit fermement que la victoire passe par la solidarité.

« Je m’engage à renforcer les pactes de solidarité ainsi que les relations entre les partenaires de la coalition pour assurer la protection du droit à la libre négociation collective de tous les membres du SCFP, affirme-t-il. De plus, je m’engage à promouvoir la négociation coordonnée et stratégique tout en respectant l’autonomie des sections locales afin de négocier les meilleures conventions collectives possibles pour nos membres. »