Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Jour Deuil 2015Chaque année, partout dans le monde, les syndicats soulignent le 28 avril le Jour international de compassion pour les personnes tuées ou blessées au travail. Il s’agit d’une date importante pour le mouvement ouvrier. Nous y commémorons les travailleurs qui nous ont quittés et nous nous battons pour rehausser les normes de santé-sécurité au travail.

Six membres du SCFP ont perdu la vie au travail en 2014 et ce nombre est déjà de cinq pour 2015.

« C’est troublant, tous ces décès enregistrés récemment, admet le président national du SCFP, Paul Moist. Nos pensées accompagnent la famille, les amis et les collègues de ces travailleurs. »

Dans sept de ces onze incidents, la victime travaillait seule. Un travailleur qui travaille seul ne peut pas profiter de l’assistance immédiate de quelqu’un en cas d’incapacité, ce qui l’expose à de plus graves blessures. Selon une enquête récente du SCFP, 94 pour cent des membres qui ont travaillé seuls ont couru au moins un risque supplémentaire pendant cette période.

« Le travail seul est un problème grave, ajoute M. Moist. Et ce danger s’aggrave avec les compressions et le vieillissement de la main-d’œuvre. Il faut que les employeurs reconnaissent le risque que le travail seul fait courir à nos membres et qu’ils s’efforcent de réduire ce risque. »

Malheureusement, les problèmes de santé et de sécurité des travailleurs s’étendent souvent au-delà du milieu de travail. Le gouvernement fédéral et plusieurs gouvernements provinciaux continuent de saper la santé-sécurité des travailleurs en assouplissant les lois régissant la santé-sécurité au travail. Par exemple, le fédéral a réécrit sa définition de danger pour les travailleurs relevant de la compétence fédérale. La nouvelle définition parle de « danger sérieux ou imminent », ce qui signifie que les travailleurs perdent la protection contre des conditions susceptibles de les rendre malades plus tard.

Le SCFP s’oppose à cette nouvelle définition. Si vous croyez être en danger au travail, pour quelque raison que ce soit, vous conservez votre droit de refuser un travail dangereux.

Trente ans ont passé depuis que le Comité national sur la santé-sécurité au travail du SCFP a formulé l’idée de ce Jour de compassion. Depuis, cette idée a pris une ampleur internationale, ce Jour étant observé à travers le monde par des travailleurs, des gouvernements et d’autres organisations. Malheureusement, la sensibilisation à la santé et la sécurité au travail demeure aussi importante que jamais.

Pour en savoir plus sur la santé-sécurité au travail :

  • consultez Le Canari, le périodique du SCFP sur la santé-sécurité; on y parle des modifications aux lois provinciales et fédérales;
  • consultez la documentation sur la santé-sécurité au travail que produit le SCFP.