La Division du transport aérien du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), le syndicat des agents de bord au Canada, affirme que le gouvernement fédéral doit rapidement consulter les travailleurs sur la manière dont il doit procéder pour soutenir le secteur pendant la pandémie de COVID-19.

« Nos membres, dont les emplois ont été fragilisés ou complètement décimés par cette crise, traversent une longue période difficile. Nous attendons un plan du gouvernement fédéral depuis le printemps. La subvention salariale d’urgence du Canada n’a pas réussi à aider notre secteur, parce qu’il s’agit d’un programme volontaire et que de nombreuses grandes compagnies aériennes ont refusé de participer. Huit mois plus tard, nous attendons toujours que le téléphone sonne », a déclaré le président de la Division du transport aérien du SCFP, Wesley Lesosky.

Le syndicat a fait plusieurs propositions au gouvernement fédéral depuis le début de la pandémie, notamment dans une lettre de Wesley Lesosky envoyée à la ministre fédérale des Finances, Chrystia Freeland, la semaine dernière. Malheureusement, le gouvernement n’a pas encore réagi.

« Si le gouvernement veut savoir comment aider ce secteur, il devrait s’adresser aux gens qui représentent ces travailleurs, alors que ces derniers ont de la difficulté à joindre les deux bouts », a souligné Wesley Lesosky.

Le SCFP a demandé au gouvernement fédéral d’instaurer des tests de dépistage rapide de la COVID-19 avant l’embarquement dans les aéroports afin de rendre les vols plus sécuritaires et d’inciter la clientèle à voyager davantage. Le SCFP a également précisé que toute aide financière directe au secteur devra d’abord servir à soutenir les travailleurs.

La Division du transport aérien du SCFP représente près de 15 000 agents de bord dans neuf compagnies aériennes du pays.