Mark Hancock

Mark Hancock | President national

Pour beaucoup de familles ayant des membres vulnérables dans les établissements de soins de longue durée (SLD), la dernière année a été un véritable marathon d’émotions. Mais avec l’espoir qu’apportent les vaccins, plusieurs voient maintenant le fil d’arrivée : leurs êtres chers seront protégés contre la COVID-19.

Malheureusement, des milliers d’autres familles n’ont pas eu cette chance. Au Canada, quatre personnes décédées sur cinq en raison de la COVID-19 étaient des résidents ou des travailleurs en SLD. Cette partie vitale de notre système de santé n’est toujours pas régie par des normes nationales, avec comme conséquences des résidents privés des soins dont ils ont besoin et des travailleurs surmenés et sous-payés. C’est particulièrement vrai dans les SLD à but lucratif, où la négligence est endémique. Les études montrent que les éclosions y ont été plus longues et beaucoup plus meurtrières que dans les SLD publics.

En janvier, on apprenait que Revera, le deuxième plus grand exploitant d’établissements de SLD au Canada, des établissements où certaines des pires éclosions et des pires taux de mortalité ont été enregistrés durant la pandémie, pratique l’évasion fiscale de manière agressive à l’international. Cette industrie toxique ne fait pas que profiter de la vulnérabilité des aînés.

Notre pays ne peut tout simplement pas tolérer cela.

Il est plus que temps d’éliminer la notion de profit des SLD. Le fait que nous commençons à voir un peu de lumière au bout du tunnel après de longs mois de pandémie n’y change rien. En fait, cela amplifie le sentiment d’urgence.

Depuis des années, le SCFP réclame la fin du profit dans les SLD et préconise des normes nationales, dont un minimum de quatre heures de soins directs par résident par jour.

Dommage qu’il ait fallu une pandémie pour y arriver, mais il semble que les élus fédéraux tendent enfin l’oreille. Dans son discours du Trône de septembre, le gouvernement libéral s’est vaguement engagé à établir des normes nationales. Or, de manière typiquement libérale, il n’y a eu aucun mouvement sur ce front depuis.

À l’inverse, la nouvelle garantie de soins proposée par le chef du NPD, Jagmeet Singh, permettrait de répondre à la crise qui frappe les SLD, ainsi qu’aux appels du SCFP et de ses alliés pour éliminer la notion de profit en santé.

Notre système de SLD était déficient bien avant la COVID-19. Tous les membres du SCFP qui travaillent dans ce secteur vous le diront.

Avec l’imminence d’élections fédérales, nous devons saisir l’occasion et repenser ce pan de notre système de santé, une fois pour toutes.