Avant la pandémie, dans la plupart des lieux de travail, on avait rarement besoin de mentionner le terme « recherche des contacts »[1]. Un bureau de santé publique (BSP) effectue des enquêtes de recherche des contacts pour déterminer la source de transmission du virus après qu’un individu a été déclaré positif à la COVID-19. Le BSP recueille des informations sur les contacts potentiels et assure un suivi direct avec eux. Les activités des bureaux de santé publique sont régies par le cadre législatif pertinent.

Lorsque la santé publique effectue une recherche des contacts, elle essaie de découvrir qui a pu être exposé à une personne infectée (un cas). Pour ce faire, ses agents interrogent la personne infectée pour identifier les endroits qu’elle a visités pendant qu’elle était contagieuse. Ensuite, ils tentent d’identifier les personnes avec lesquelles elle a été en contact. Le but est d’arrêter la propagation de la pandémie. Les informations recueillies étant de nature médicale, on s’attend à ce que leur confidentialité soit raisonnablement respectée.

C’est normal, surtout compte tenu de la stigmatisation associée au fait de devenir positif à la COVID-19[2].

Le succès de toute enquête de recherche des contacts dépend d’une planification minutieuse, de la prise en compte des contextes locaux et, surtout, d’informations précises et opportunes.[3] Depuis le début de la pandémie de COVID-19, les employeurs ont été invités à conserver des informations précises sur les cohortes, les quarts de travail, les équipes de travail, les bénéficiaires des services et les registres des visiteurs pour aider les bureaux de santé publique dans leurs enquêtes.

En outre, la législation sur la santé et la sécurité au travail oblige l’employeur à enquêter sur les expositions sur le lieu de travail afin de prévenir la propagation des maladies professionnelles. Nous avons une fiche d’information distincte sur ce sujet; elle se trouve ici:

 

[1] OMS : Contact tracing in the context of COVID-19; May 10, 2020;pg. 1 https://www.who.int/publications/i/item/contact-tracing-in-the-context-of-covid-19

[3] Ibid. p.  1