Image shows the numbers and letters 13(c), 18(a)(b), 20(1)(b), 20(1)(c), 20(1)(d) in white on a black backgroundLe SCFP n’a pas ménagé les efforts pour mettre la main sur les documents justifiant l’appui des libéraux fédéraux au REM, le projet privé de train léger à Montréal.

Nous voulions connaître les arguments qui ont convaincu les libéraux d’investir dans ce projet.

Les libéraux se sont engagés à fournir 1,2 milliard de dollars dans ce projet qui coûtera au total six milliards.

Le SCFP a déposé une demande d’accès à l’information pour les rapports qui ont servi à justifier cette décision. Nous avons reçu plus de 2000 pages de documents. Le problème, c’est que 95 pour cent du contenu a été caviardé.

Pourtant, la population a le droit de savoir comment les fonds publics sont dépensés. Malheureusement, la Loi d’accès à l’information permet de garder secret le contenu des contrats de privatisation comme le REM.

Or, selon la rumeur, les soumissionnaires intéressés à prendre part au projet demanderaient deux milliards de dollars de plus que le budget prévu pour leurs services. De plus, le projet accuse du retard sur l’échéancier.

Malgré ces signes inquiétants, les libéraux ont fait adopter en quatrième vitesse le projet de loi C-58 qui compliquera encore davantage la tâche des Canadiens qui souhaitent savoir comment le gouvernement libéral dépense leur argent.

Les citoyens sont en droit de se demander ce que les libéraux ont à cacher.