Two people sitting at a table with signed contracts and three people standing behind them La douzaine de cols bleus et cols blancs de la Municipalité de Saint-Esprit, dans la région de Lanaudière, a signé aujourd’hui sa nouvelle convention collective.

Les membres avaient entériné à l’unanimité l’entente de principe le 11 août dernier. La précédente convention était échue depuis le 31 décembre 2021. D’une durée de cinq ans, celle-ci prévoit notamment des hausses salariales de 5 % pour l’année 2022 avec un rattrapage sur deux ans pour plus de la moitié des syndiqué(e)s.

Pour les quatre années suivantes, le contrat de travail inclut une indexation selon l’Indice des prix à la consommation (IPC) avec un minimum de 3 % par année.

Parmi les autres gains, notons la sécurité d’emploi, la mise en place d’un plancher d’emploi, l’amélioration du quantum de vacances et du paiement des heures supplémentaires, la majoration du pourcentage des avantages sociaux pour les salarié(e)s ayant un statut d’emploi temporaire ou à temps partiel, une bonification du pourcentage du régime de retraite ainsi que la possibilité d’introduire le Régime de retraite par financement salarial de la FTQ (RRFS-FTQ).

Les parties se sont également entendues sur l’instauration d’une prime de garde pour les cols bleus et d’une politique de télétravail pour certaines fonctions, et ce, sans oublier l’engagement de la Municipalité à procéder conjointement avec le syndicat à l’exercice de l’équité salariale advenant que la Municipalité y soit assujettie.

« Il n’a fallu que quatre rencontres de négociation pour conclure une entente entre les parties et le tout s’est bien déroulé. Il s’agit d’une belle marque de reconnaissance envers les employé(e)s. Les Municipalités doivent être des employeurs plus attrayants en ces temps de pénurie de main-d’œuvre », a déclaré Maxime Valade, conseiller du SCFP.