Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Paul Moist | Le président national du SCFP

Les négociations sont de plus en plus difficiles pour nos sections locales, et ce, dans toutes les régions du pays et dans tous les secteurs. Cela dit, le SCFP est déterminé à obtenir des gains réels pour tous ses membres, malgré les pressions économiques et politiques croissantes.

Au SCFP, les sections locales sont en charge des négociations. La force des effectifs de notre syndicat constitue toutefois notre meilleur atout à la table de négociations. En effet, c’est grâce aux ressources que nous consacrons pour épauler les sections locales que nous avons pu réaliser de grandes avancées.

Mais nous pouvons en faire plus.

Grâce au projet Ensemble pour un monde plus juste, nous avons entrepris de nous rapprocher de nos membres. Nous les écouterons et mettrons leurs priorités au cœur de notre action. Nous devons aussi permettre aux membres de mieux communiquer les uns avec les autres et leur donner la possibilité de partager leur expérience et leurs connaissances en matière de négociations.

C’est pour cette raison que nous avons créé le Conseil national des secteurs, un forum de discussion sur les négociations qui dépassera le cadre des sections locales. Nous partagerons des stratégies et des informations pour chacun des secteurs, mais aussi entre les secteurs. Cette rencontre nationale nous permettra aussi d’offrir une meilleure formation à nos membres et d’en faire des négociateurs plus aguerris.

Le Conseil national des secteurs se déroulera tous les deux ans, soit les années où il n’y a pas de congrès national. Des représentants de chaque grand secteur participeront d’abord à des rencontres sectorielles. Puis, ils prendront part à la plénière nationale. L’exercice permettra de partager de l’information et d’apprendre les uns des autres.

Depuis trois décennies, les hausses salariales sont inférieures à l’augmentation du coût de la vie. À l’inverse, les profits des grandes entreprises grimpent en flèche. Il existe pourtant des alternatives pour favoriser une plus grande équité. En renforçant nos liens avec nos membres et en mettant à profit l’expérience qu’ils ont acquise à la table de négociations, nous pourrons faire de nouveaux gains.

J’espère vous voir nombreux à cette première conférence du Conseil national des secteurs qui se déroulera du 6 au 9 octobre 2014 au Centre Sheraton de Toronto.

twitter.com/CUPENatPres