​Le SCFP 1002 encourage fortement les citoyens de Portage La Prairie à assister à une assemblée populaire qui aura lieu ce soir. On y discutera des intentions que nourrit le conseil municipal envers les installations municipales de traitement des eaux usées.

Le 12 septembre 2016, au terme d’un vote surprenant où le conseil municipal a adopté l’option partenariat public-privé (PPP) pour la mise à niveau des installations, Terry Thompson s’est retrouvé avec plus de questions que de réponses. M. Thompson est président de la section locale 1002 du SCFP, le syndicat des employés municipaux, y compris des employés affectés à la station de traitement des eaux usées. Le PPP qu’envisage la Ville couvre la conception et la construction d’une mise à niveau des installations d’épuration pour une somme de 110 millions de dollars, ainsi que le financement, l’entretien et l’exploitation des installations pendant 30 ans. La Ville a rendu public un rapport sur l’optimisation des ressources, mais celui-ci omet plusieurs données importantes. Et bien qu’elle promette de protéger les postes des employés municipaux, le syndicat est insatisfait du déroulement du dossier et inquiet des répercussions qu’aura un PPP sur le système public d’eau, la reddition de comptes et les coûts.

« Le conseil municipal n’a pas consulté le syndicat pour son rapport, révèle M. Thompson, ni la population d’ailleurs. Ce sont les citoyens de Portage et les entreprises de la région qui devront payer la facture si le modèle PPP entraîne des problèmes. Pourtant, le rapport ne présente pas de chiffres détaillés sur les facteurs de risque qui servent à justifier le choix du conseil. »

Le syndicat a présenté une demande en vertu de la loi sur l’accès à l’information, ce qui lui a valu près de 1 500 pages de documents n’offrant aucune réponse concrète. M. Thompson a des questions sur l’absence de consultation publique, les autres avenues de financement du projet et l’objectivité du rapport sur l’optimisation des ressources qui a convaincu le conseil d’adopter le modèle PPP. À l’assemblée populaire, le SCFP sera appuyé par des panélistes, dont Maude Barlow, militante des droits de l’eau et auteure de l’ouvrage Boiling Point – Government Neglect, Corporate Abuse and Canada’s Water Crisis. En outre, le maire de Portage, Irvine Ferris, a accepté de prendre la parole.

Voici les autres orateurs qui participeront à l’activité de ce soir :

  • Jeff Sing, membre de la section locale 1002 du SCFP ;
  • Paul Moist, associé de recherche au Centre canadien de politiques alternatives ;
  • Jim Holmes, membre d’Eau Secours Regina.

QUI ? Le comité Eau Secours de Portage et la section locale 1002 du SCFP.

QUOI ? Une assemblée populaire communautaire sur le projet de mise à niveau de la station d’eaux usées en PPP.

OÙ ? À l’édifice MNP sur Island Park, à Portage La Prairie.

QUAND ? Ouverture des portes à 18 h 30. Début de l’assemblée à 19 h.

POURQUOI ? Pour débattre de la mise à niveau de la station de traitement des eaux usées.

« La Ville est partiale à propos des PPP, soutient M. Thompson. Nous lui demandons de consulter la population et de s’intéresser plus sérieusement à d’autres modèles, surtout parce que les PPP n’ont pas l’habitude de respecter leurs promesses.