Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Les cols blancs de la région de Durham, représentés par le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), ont voté contre l’offre « finale » de l’employeur.  Les travailleurs ont été forcés de déclencher la grève le jeudi 19 juin lorsque l’employeur a refusé de retirer ses demandes de concessions visant les travailleurs des services médicaux d’urgence (SMU).

« Nos membres restent unis dans leur lutte pour une convention équitable, a déclaré Pauline Hopley, présidente de la section locale 1764 du SCFP.  Par ce vote, nous faisons savoir à la direction et au conseil que nos membres n’accepteront pas leurs tactiques de division.  Il est temps que l’employeur cesse de ‘diviser pour mieux régner’.  Il doit revenir à la table pour mettre fin à cette grève inutile en négociant une convention qui ne s’attaque pas aux travailleurs qui sauvent des vies dans la collectivité. »

La tentative de l’employeur de cibler les congés de maladie des travailleurs des SMU est au cœur du conflit.  La direction veut pénaliser les travailleurs des SMU qui tombent malade en refusant de payer les trois premiers jours de leur congé de maladie.  « Il est ironique que la région de Durham veuille punir les travailleurs des SMU qui tombent malade quand tout ce qu’ils font, c’est aider les malades, les blessés et les citoyens dans des situations d’urgence, a poursuivi Mme Hopley.  Et quand les employés des SMU, qui travaillent dans toutes sortes de situations difficiles, tombent eux-mêmes malades, l’employeur veut les punir.  C’est injuste. »

« La dernière chose que nous voulions, c’est un conflit qui pourrait toucher les citoyens de Durham, a affirmé Pauline Hopley.  C’est pour cette raison que nous avons proposé de nombreuses façons d’en arriver à une solution pour éviter une perturbation des services, mais la direction voulait continuer de diviser les membres.  Alors nous nous retrouvons dans une situation dont personne ne voulait.  Nous incitons la direction à mettre ses tactiques de côté et à reconnaître qu’il est temps de négocier une entente équitable et de mettre fin à cette grève inutile pour que nos membres puissent revenir à ce qu’ils font de mieux : servir les citoyens de Durham. »

Pour en savoir plus :

Pauline Hopley
Présidente de la section locale 1764 du SCFP
 905 441-3116

Michelle Miller
Conseillère syndicale du SCFP
 905 433-4760

James Chai
Communications du SCFP
416 458-3983