Les travailleurs mis en lock-out par la Société d’aide à l’enfance (SAE) de Nipissing et Parry Sound ont exprimé leur stupéfaction et leur désarroi devant l’annulation de l’assemblée du conseil d’administration de mardi.

Group of men and women in winter clothing, wearing CUPE strike signs with slogans

La SAE a fait cette annonce sur son site Internet, à la toute fin de la semaine dernière, justifiant sa décision par « le conflit de travail en cours ».

Les assemblées ordinaires du conseil d’administration ont lieu une fois par mois de septembre à juin. Les citoyens peuvent y assister, à condition d’aviser le CA de leur intention.

« Nous trouvons cette décision très troublante », affirme Fran Bélanger, conseillère nationale au Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), qui représente les employés de première ligne, d’administration et de soutien en lock-out depuis le 23 décembre.

« On dirait que la SAE, en plus de mettre ses employés en lock-out, a décidé de mettre en lock-out les citoyens : les membres de la communauté qui réclament des réponses à leurs questions sur la sécurité des enfants et des jeunes, ainsi que les personnes qui veulent connaître les vraies raisons de ce lock-out. »

Les représentants du SCFP soulignent le contraste entre la manière dont la SAE approche ses relations avec la collectivité et la campagne « payez au suivant » du syndicat. Cette dernière permet aux travailleurs en lock-out de témoigner leur engagement et de leur gratitude aux communautés qui le soutiennent.

La semaine dernière, les syndiqués en lock-out ont recueilli des dons en denrées et en argent pour les banques alimentaires de Parry Sound et de North Bay. La semaine précédente, ils ont recueilli des fournitures pour animaux de compagnie au profit de la société pour la protection des animaux North Bay Humane Society.

« Les assemblées du conseil d’administration de la SAE sont l’occasion, pour les gens responsables des services de protection de l’enfance dans la région, d’échanger avec les personnes qui comptent sur ces services et qui, en bout de piste, les financent, explique Mme Bélanger. En annulant l’assemblée du CA, la SAE de Nipissing et Parry Sound, un organisme subventionné par l’État provincial, tente de garder la population dans l’ignorance. Le SCFP demandera au ministère de se pencher sur les gestes de la SAE. »