Un examen minutieux de rapports et documents obtenus récemment révèle qu’à ce jour, aucune preuve concrète n’a été fournie pour appuyer la fermeture de 31 lits pour le traitement de la toxicomanie à l’hôpital en juin prochain, pour les remplacer par un modèle de services communautaires.

« En fait, les données accessibles au public démontrent que North Bay a besoin de plus de lits d’hôpital, et que les réductions budgétaires à l’hôpital de North Bay sont déjà beaucoup trop importantes. Il y a aussi une crise de dépendance aux opiacés de plus en plus grave dans la communauté. Nous sommes choqués de constater que le gouvernement et ses représentants appuient la fermeture d’importants services de toxicomanie alors que des personnes meurent de surdoses d’opiacés », a déclaré Natalie Mehra, directrice générale de la Coalition de la santé de l’Ontario à une conférence de presse à North Bay, aujourd’hui.

Selon les dernières données de l’unité de santé du district de Nipissing Parry Sound, le nombre de surdoses signalées a augmenté depuis mai 2019 de 154 à 172 au début de 2020. Plus de la moitié de ces surdoses sont liées aux opiacés. Le groupe le plus touché par les surdoses est celui des personnes de moins de 44 ans.

« Les services de santé mentale et de toxicomanie dans le Nord de l’Ontario sont extrêmement limités. Nous devons conserver les 31 lits de traitement de la toxicomanie dans les hôpitaux et ajouter des services communautaires. Nous ne devrions pas avoir à choisir entre l’un ou l’autre. Nous avons besoin des deux », a déclaré France Gélinas, députée provinciale et porte-parole néo-démocrate de l’opposition en matière de santé. « Nous ne pouvons pas voler les fonds d’un programme pour les donner à un autre », a ajouté France Gélinas, qui demande au gouvernement provincial de garder le programme hospitalier, tout en augmentant les options de traitement communautaires.

Les avantages des programmes de désaccoutumance des toxicomanes en milieu hospitalier sont bien documentés. Les patients participant à ces programmes ont accès à des soins pour les troubles de santé aigus qui accompagnent les troubles de santé mentale. Une surveillance médicale étroite 24 heures sur 24 des patients hospitalisés permet un traitement immédiat en cas de tout type de complication pendant le processus de désaccoutumance.

« Dans une communauté qui subit un taux très élevé de toxicomanie, la fermeture des lits de traitement des toxicomanes à l’hôpital aura pour effet que les nombreuses personnes qui ont pu réussir à se rétablir ou à réduire leurs symptômes, n’auront plus cette bouée de sauvetage. Les personnes qui ont une dépendance bien enracinée ont besoin du soutien clinique et du milieu de protection qu’offre le traitement à l’hôpital. North Bay a besoin de davantage de services de toxicomanie et ne peut se permettre de perdre ce programme de soins en milieu hospitalier », a déclaré Michael Hurley, président du Conseil des syndicats d’hôpitaux de l’Ontario (CSHO/SCFP).

Ce projet d’élimination du traitement de la toxicomanie en milieu hospitalier pour le remplacer par une gamme de services d’organismes communautaires est appelé « projet pilote » dans les rapports qui ont été examinés par la Coalition de la santé de l’Ontario et le CSHO/SCFP. Cependant, les réductions et fermetures de lits d’hôpital ne sont pas vraiment recommandées dans le rapport sur le projet pilote, et il n’existe aucune donnée permettant d’évaluer les besoins des patients qui attendent un traitement à l’hôpital à North Bay, ni sur la qualité des soins et les résultats des programmes actuels à North Bay. Les rapports montrent également que certains des organismes qui combleront le vide créé par la fermeture du programme hospitalier font également parmi des principaux intervenants qui documentent le modèle du projet « pilote » communautaire.