La section locale 777-2 du SCFP a avisé par écrit la municipalité de Tisdale et le ministre des Relations de travail et de la Sécurité au travail que les négociations entre le syndicat et la municipalité sont dans l’impasse.

« Le présent cycle de négociation est difficile », raconte Janice Janzen, conseillère nationale au SCFP.  

« Nous avons eu de la difficulté à convaincre l’employeur de consacrer suffisamment de temps aux pourparlers. Et celui-ci a montré peu d’intérêt à débattre de nos propositions. Afin de parvenir à un accord dans les meilleurs délais, nous avons lancé un processus de médiation volontaire. Or, après moins d’une heure de médiation, il était clair que nous étions dans l’impasse. »

Les négociations achoppent principalement sur deux points : le refus de l’employeur d’enchâsser les politiques et pratiques actuelles dans la convention collective et la faiblesse des propositions salariales. Le SCFP 777-2 a réduit ses demandes dans l’espoir de conclure une entente.

« La section locale est fière de fournir des services publics de qualité aux citoyens de Tisdale, souligne Janice Janzen. Mais pour le moment, nos membres se sentent frustrés et sous-estimés. À seulement 25 minutes de route, les employés municipaux de Nipawin gagnent plus d’argent pour les mêmes emplois. Nous ne demandons pas grand-chose, juste l’équité et le respect. »

La section locale 777-2 du SCFP est sans contrat depuis le 31 décembre 2018.

« Bien que les pourparlers soient rompus, la section locale espère pouvoir parvenir à un accord par le biais de la médiation prescrite par le provincial. Pour l’instant, nous n’envisageons pas de moyens de pression, mais le SCFP est déterminé à faire le nécessaire pour parvenir à un accord équitable pour ses membres. »