Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

EDMONTON – Le NPD albertain a mis la main sur des documents officiels dans lesquels le gouvernement provincial reconnaît que l’exploitation d’hôpitaux en mode « partenariat public-privé » coûtera plus cher aux contribuables.

Ces mêmes documents révèlent que le gouvernement Prentice envisage d’ajouter une tour à l’hôpital Royal Alexandra d’Edmonton en recourant à un PPP.

« La privatisation de l’exploitation d’un hôpital coûte plus cher aux contribuables, mais elle permet au gouvernement d’éliminer ces coûts de son budget, explique la présidente de la division albertaine du Syndicat canadien de la fonction publique Marle Roberts. C’est une manière de déguiser l’état réel des finances provinciales. »

Selon Mme Roberts, le gouvernement Prentice doit abandonner cette approche, particulièrement devant sa tentative récente de construire des écoles en PPP.

« Aucune entreprise privée ne peut exploiter un service public aussi bien que les employés de première ligne du gouvernement, insiste-t-elle. Quand on parle de quelque chose d’aussi délicat qu’un hôpital, il est temps que le gouvernement albertain le comprenne et qu’il abandonne ces stratagèmes douteux qui ne marchent jamais et qui finissent par coûter plus cher aux contribuables. »

Pour en savoir plus, contactez :

Lou Arab

Conseillère en communications

780-271-2722

larab@cupe.ca