CUPE SK members at conventionCette semaine, des militants du SCFP de toute la province se sont rendus à Regina pour participer au congrès annuel du SCFP-Saskatchewan.

Les délégués se sont rassemblés pour apprendre les uns des autres et discuter des problèmes urgents auxquels sont confrontés nos membres de la province, comme la privatisation, les attaques contre les régimes de retraite, les compressions budgétaires et les offres salariales du Parti saskatchewanais.

Le président national du SCFP, Mark Hancock, et le secrétaire-trésorier national, Charles Fleury, étaient sur place pour témoigner de la solidarité des 680 000 membres du SCFP à travers le pays et encourager les membres à tenir bon devant les attaques du Parti saskatchewanais.

« Nous avons du pain sur la planche, à l’échelle nationale et ici même en Saskatchewan, pour combattre les attaques contre les travailleurs et nos services publics. En 2019, les emplois sont moins garantis qu’avant et la vie moins abordable. Les travailleurs ont donc plus que jamais besoin de leur syndicat. Nos membres comptent sur notre appui alors qu’ils se battent pour l’équité et le respect au travail, ainsi que pour l’égalité et la justice dans leur communauté », a déclaré Mark Hancock.

« Le Parti de la Saskatchewan veut plus de privatisation, plus de PPP et plus de compressions dans les services publics. Il veut négocier à la dure et peut-être provoquer des votes de représentation. Nous avons donc un message important pour le Parti saskatchewanais : n’équilibrez pas votre budget sur le dos de nos membres. Ils méritent un contrat de travail juste », a ajouté Charles Fleury.

Les deux dirigeants nationaux ont rappelé quelques-unes des nombreuses réalisations du SCFP au cours de la dernière année, en plus de souligner les avantages d’être membre du SCFP.

« Au niveau national, nous continuons à accueillir de nouveaux travailleurs non syndiqués dans notre syndicat. L’année dernière, nous avons recruté 3000 agents de bord de WestJet et nous avons gagné des milliers d’autres membres lors de campagnes de recrutement et de votes de représentation à travers le pays », a affirmé Mark Hancock.

L’année dernière, le SCFP national a approuvé un financement de plus d’un million de dollars pour soutenir les campagnes mises sur pied en Saskatchewan. Celles-ci visaient à contrer la sous-traitance de l’aide juridique (section locale 1949), à renforcer et à améliorer les soins aux personnes âgées, à soutenir les négociations dans le secteur de l’éducation et à protéger le régime de retraite de l’Université de la Saskatchewan (section locale 1975).

En outre, le budget 2019 du SCFP prévoit l’ajout de dix-sept postes dans l’ensemble du pays, dont un nouveau poste temporaire en Saskatchewan, en plus du maintien du poste d’organisateur.

« C’est l’un des plus grands avantages d’être un syndicat national : si nous rencontrons des problèmes dans une région, nous pouvons les résoudre, car, au SCFP, nous combinons nos ressources pour nous entraider. Voilà comment le SCFP fait face à ses défis. Voilà comment nous trouvons de nouvelles façons de combattre l’austérité », a lancé Charles Fleury.

Le SCFP est le plus important syndicat au Canada. Il représente des employés dans divers secteurs des services publics, notamment : les soins de santé, l’éducation primaire, secondaire et postsecondaire, les bibliothèques, les municipalités, les organismes communautaires et divers conseils et agences gouvernementales.