Ronald Boisrond | Service des communications

Malgré la commotion générale causée par la propagation de la COVID-19, des milliers de membres du SCFP continuent d’offrir des services essentiels à la population, et ce, au risque de mettre en danger leur santé et celle de leurs proches.

Au Québec, les syndicats du secteur municipal se sont rapidement entendus avec les villes et ont négocié des assouplissements aux conventions collectives. Répondre aux besoins urgents, fournir des services essentiels tels que le ramassage des ordures et veiller au bon fonctionnement des infrastructures névralgiques comme les usines de filtration et d’épuration d’eau étaient au centre des préoccupations de tous les partis.

Certains cols bleus ont décidé, sur une base volontaire, d’aider des organismes de distribution de denrées alimentaires, comme par exemple Moisson Montréal. Bon nombre d’organismes communautaires se retrouvent aujourd’hui avec un manque criant de bénévoles.

Les autorités mettent également les bouchées double afin de protéger les sans-abri, clientèle particulièrement vulnérable en ce moment, surtout depuis qu’un d’entre eux, fréquentant la Mission Old Brewery, a été testé positif à la COVID-19.

C’est au Complexe Guy-Favreau et au YMCA du centre-ville de Montréal que Bruno Loiselle, ainsi qu’une vingtaine de ses collègues cols bleus, s’affairent depuis quelques jours à transporter des lits et à installer du matériel. Ces deux endroits ont été désignés centre d’hébergement temporaire et accueilleront les nombreux itinérants de la ville.

« Personnellement, je tire une certaine fierté à aider les citoyens. Une ville, c’est un gouvernement de proximité, et ses employés sont essentiels, surtout dans les situations de crise comme celle que l’on traverse. Nous sommes conscients qu’il y a des gens qui sont plus mal pris que nous avec tous ces bouleversements », mentionne Bruno Loiselle.

Les cols bleus de l’île de Montréal continueront de travailler tout au long de cette pandémie afin d’aider la ville à donner des services d’urgence aux citoyens, tout en respectant à la lettre les consignes de sécurité en matière de santé publique.