Le SCFP demande à ses membres de poser des gestes concrets pour inciter le gouvernement canadien à adopter et à mettre en œuvre dans son intégralité la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, comme les libéraux de Justin Trudeau l’ont promis.

Malheureusement, la possibilité qu’Ottawa adopte la déclaration sans la rendre applicable ou en la modifiant pour éviter de reconnaître concrètement les droits des Autochtones est bien réelle.

Selon la Commission de vérité et de réconciliation, la réconciliation et la guérison des plaies laissées par l’héritage des pensionnats, comme le redressement des torts que cause encore le colonialisme aux peuples autochtones, passent par l’adoption et la mise en œuvre intégrale de cette déclaration.

Le député fédéral du NPD, Roméo Saganash, a déposé le projet de loi d’initiative parlementaire C-262 pour faire en sorte que toutes les lois canadiennes respectent la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones. L’adoption de ce projet de loi permettrait au Canada de démontrer le sérieux de son engagement envers la réconciliation.

Le SCFP exhorte tous les députés à voter en faveur de cet important projet de loi. Nous demandons aussi à nos 639 000 membres à travers le pays de témoigner leur soutien à l’adoption et à la mise en œuvre de la déclaration de l’ONU.

Pour réclamer équité et justice pour les peuples autochtones, signez la pétition qui se trouve au adopteretmettreenoeuvre.com.

Aimez et partagez sur Facebook

Faites-vous entendre sur Twitter en utilisant le hashtag #adoptandimplement