Time to Care Campaign Selon un nouveau rapport publié par Isobel Mackenzie, défenseure des aînés de la Colombie-Britannique, les exploitants de foyers de soins à but lucratif de la province réalisent de gros profits tout en réduisant plus de 200 000 heures des soins aux aînés financés chaque année.

Elle a également indiqué dans son rapport que dans le régime de financement actuel, les exploitants à but lucratif dépensent beaucoup moins pour les services des préposé(e)s aux soins et des autres employés de première ligne que leurs homologues sans but lucratif.

« Le système est défectueux, et ce sont les personnes âgées de la Colombie-Britannique et celles qui en prennent soin qui en paient le prix », a déclaré Jennifer Whiteside, secrétaire et agente d’affaires du Syndicat des employés d’hôpitaux (SEH).

Jennifer Whiteside a affirmé que les changements législatifs et politiques appliqués par l’ancien gouvernement libéral de la Colombie-Britannique ont permis d’ouvrir la porte à d’autres foyers de soins à but lucratif tout en éliminant le système de salaires et de conditions des soins équitable qui était en place en 2001.

Le résultat est une large gamme de faibles salaires dans tout le secteur des soins de longue durée, qui ont contribué à de graves pénuries de personnel dans toute la Colombie-Britannique, y compris dans trois foyers de soins de l’île de Vancouver qui ont été mis sous tutelle par la régie de la santé locale.

« Il ne fait aucun doute que le modèle actuel de financement des soins de longue durée contribue à la crise continue dans le maintien des effectifs et le recrutement qui privent les aînés de soins et met en danger la santé et la sécurité des travailleuses et travailleurs », a expliqué Jennifer Whiteside.

« Il est temps que le gouvernement prenne des mesures décisives et rétablisse les salaires et les conditions de soins normalisés, ainsi que des normes de vérification et de conformité plus strictes dans ce secteur. »

Le rapport démontre que les exploitants sans but lucratif qui utilisaient le même modèle de financement dépensaient 10 000 $ de plus par résident par année que les exploitants à but lucratif et fournissaient 80 000 heures de soins supplémentaires au-delà du financement fourni.

Le SEH réclame un solide plan financier en vue de la construction de foyers de soins de longue durée publics sans but lucratif et une plus grande surveillance de tous les établissements financés par l’État.

Le SEH et la division des services de santé du SCFP-Colombie-Britannique représentent 50 000 travailleuses et travailleurs de la santé dans toute la province, dont environ 20 000 travaillent dans des foyers de soins de longue durée pour les personnes âgées.