Une membre de la section locale 1949 du SCFP a été menacée d’une poursuite en représailles suite à ses efforts pour représenter les six membres qui ont été licenciés lorsque l’Aide juridique de la Saskatchewan a privatisé l’essentiel des postes d’avocats de service à son bureau de Saskatoon cet été. 

Dans une lettre fournie par l’avocat de Craig Goebel, chef de la direction, la syndiquée Val Harvey est menacée d’une poursuite en diffamation. 

« Au lieu de tenter de rétablir la confiance de nos membres et de réduire les taux de détention plus longs qui résultent de son programme de privatisation, M. Goebel cherche à museler nos membres », s’indigne la présidente de la section locale 1949 du SCFP, Wanda Towstego. « Ces menaces risquent d’avoir un effet dissuasif sur nos membres qui hésiteront à faire respecter leurs droits syndicaux par peur de représailles. »

Le SCFP 1949 représente tout le personnel du service provincial d’aide juridique, à l’exception des cadres. Récemment, ses membres ont tenu un vote de blâme envers M. Goebel. Le résultat en est écrasant : 95 % des syndiqués ont approuvé ladite motion.

« Le SCFP représente plus de 665 000 syndiqués à travers le pays. Ceux-ci soutiennent Mme Harvey, nos membres et la clientèle de l’aide juridique qui font les frais des compressions », ajoute Ann Iwanchuk, conseillère nationale au SCFP.