Alors qu’il est question d’élections à la fin du printemps, ce budget provincial ne vise certainement pas à dissiper les rumeurs. Le Syndicat canadien de la fonction publique-Île du Prince-Édouard (SCFP-Î.-P.-É.) souligne les investissements judicieux dans les services de garde à l’enfance, la santé et l’éducation. Cependant, la mise en œuvre demeure douteuse.

« J’applaudis l’initiative d’investir dans nos travailleurs de première ligne, comme les aides-enseignants et les employés de la santé et des services de garde à l’enfance. J’espère que cela se traduira par des augmentations de salaire », a déclaré Leonard Crawford, président du SCFP-Î.-P.-É.

Malheureusement, le gouvernement maintient le cap sur le financement de lits de soins de longue durée dans le secteur privé, plutôt que dans le secteur public.

« Le financement de 50 nouveaux lits ne signifie pas nécessairement qu’il y aura 50 nouvelles places », a indiqué Leonard Crawford. « Cela signifie probablement que les fournisseurs de soins privés actuels recevront plus d’argent pour couvrir les frais de leurs lits existants qui n’ont pas été financés. Cela n’allègera pas la pression sur notre système de santé. Et cela ne signifie pas non plus que les personnes âgées auront plus de places abordables dans les foyers de soins de longue durée », a ajouté Crawford.

Près de 8,4 millions de dollars serviront à créer des logements, mais ils ne seront pas destinés aux aînés ni à l’infrastructure publique.

« Les 400 nouvelles places en garderie et l’argent pour les employés de première ligne des garderies sont une bonne nouvelle, mais le gouvernement aurait pu financer plus de 100 nouvelles places tout en conservant un excédent. C’est dommage que les libéraux aient préféré se faire du capital électoral plutôt que de s’occuper des besoins immédiats », a dit Crawford.

De nombreux investissements importants, comme les 32 millions de dollars investis dans la santé, sont tout simplement des transferts de fonds fédéraux et ne représentent pas de nouveaux investissements provinciaux. La PEI Health Coalition, dont le SCFP-Î.-P.-É est membre, recommande une augmentation de 6 pour cent de l’investissement pour permettre un système de santé optimal dans l’île, mais le budget 2018-2019 prévoit seulement une augmentation de 4,8 pour cent.