Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

(St. John’s) – La présentation qu’a faite aujourd’hui un « expert en retraites » devant la Chambre de commerce de St. John’s ne servira qu’à faire circuler des inexactitudes et de la désinformation à propos des régimes de retraite du secteur public.

Ce jugement sans appel a été émis par le président du SCFP-T.-N.-L., Wayne Lucas, qui ajoute que « Bill Tufts, un anti-régime de retraite notoire, est toujours fort en rhétorique et faible en contenu ».

« Il a présenté le chiffre de 37 000 $ comme étant la pension de retraite “moyenne que touchera un employé du secteur public qui prend sa retraite cette année”, raconte-t-il. Ce chiffre est tellement hors de proportion qu’il remet en question la crédibilité de Tufts. Pour avoir droit à une telle pension, un cotisant au Régime de retraite du secteur public (PSPP) devrait cumuler plus de 40 ans de service et terminer sa carrière avec un salaire annuel de 61 000 $. C’est à peu près impossible. »

« La plupart des travailleurs ne font pas toute leur carrière dans la fonction publique et nombre d’entre eux gagnent un salaire inférieur à 61 000 $, poursuit-il. Si M. Tufts avait fait ses devoirs, il saurait que la pension de retraite moyenne versée par le PSPP est actuellement de 17 500 $, soit 20 000 $ de moins que ce qu’il prétend. »

« J’ai une question pour tous ceux et celles qui assistaient au coûteux dîner-causerie de la Chambre de commerce, lance-t-il. Savez-vous combien les régimes de retraite à prestations définies (RRPD) font économiser aux contribuables en termes de programmes sociaux et de supplément de revenu pour les aînés, à tous les paliers de gouvernement? Savez-vous quelle portion des dépenses de consommation dans notre province est le résultat de ces pensions décentes? Savez-vous de quoi notre économie aurait l’air sans les capitaux d’investissement de ces régimes de retraite? Ceux-ci constituent la deuxième source de capitaux en importance au Canada, derrière les banques. »

« Le SCFP et les autres syndicats se battent, au nom de tous les travailleurs, pour qu’on bonifie le RPC, conclut M. Lucas. Cette approche est infiniment plus productive que toutes ces attaques contrent les régimes de retraite publics. »

Pour en savoir plus, contactez :

Wayne Lucas     

Président du SCFP-Terre-Neuve-et-Labrador

(709) 727-2509 (cell.)

John McCracken

Conseiller du SCFP en communications

(902) 455-4180 (bureau)