Seconds Count - 9-1-1 workersLe rapport du gouvernement de la Colombie-Britannique au coroner en chef sur les décès causés par la chaleur, l’été dernier, constitue une première étape importante dans la détermination des mesures préventives pour sauver des vies. Cependant, une réponse efficace à de tels événements à l’avenir dépendra en fin de compte d’un plus grand engagement des organismes qui financent les interventions d’urgence, selon les ambulanciers de la Colombie-Britannique (APBC) et les professionnels des communications d’urgence de la Colombie-Britannique (EPBC).

Le rapport du 7 juin, intitulé Extreme Heat and Human Mortality : A Review of Heat-Related Deaths in B.C. in Summer 2021 (Chaleur extrême et mortalité humaine : examen des décès liés à la chaleur en Colombie-Britannique à l’été 2021) met en lumière certains des défis auxquels les préposés aux appels et les répartiteurs du 911, les ambulanciers, les répartiteurs et préposés aux appels médicaux ont été confrontés pendant le dôme de chaleur.

Les ambulanciers, les répartiteurs et les préposés aux appels médicaux d’urgence de l’APBC (section locale 873 du SCFP) ont connu certaines des pires conditions qu’ils n’avaient jamais connues. « Nous accueillons les recommandations et mesures proposées. Ce rapport traite des personnes qui ont tragiquement perdu la vie, donc tout ce que nous pouvons faire pour sensibiliser le public pour nous permettre de sauver des vies est essentiel », a déclaré Troy Clifford, président de la section locale 873 du SCFP. « Nous devons également veiller à ce que nos services d’urgence et le BCEHS soient préparés et qu’ils disposent d’une capacité d’intervention si ce type d’événement se produit de nouveau. »

Troy Clifford a déclaré que l’APBC continue de travailler avec le gouvernement pour assurer la meilleure qualité des soins et des services d’ambulance aux citoyens de la Colombie-Britannique, peu importe la situation. « Je suis si fier que nos 4 500 membres aient continué d’aider nos patients, en leur fournissant des services essentiels dans tous les coins de la province, malgré notre pénurie de personnel », a-t-il déclaré.

Pour l’ECPBC (membres de la section locale 8911 du SCFP qui travaillent à E-Comm), les conclusions du rapport reflètent leur expérience sur le terrain comme organisme qui continue de lutter contre les pénuries de personnel. « La politique actuelle de l’entreprise conseille aux préposés aux appels du 911 de laisser tomber les appels aux ambulances et de passer à l’appel suivant, en laissant attendre les membres du public jusqu’à ce que le service d’ambulance de la C.-B. prenne leur appel », a déclaré Sheldon Miller, vice-président de la section locale 8911 du SCFP, en ajoutant qu’auparavant, le répartiteur attendait avec l’appelant sur la ligne jusqu’à ce que le BCEHS arrive, pour veiller à ce qu’il ne soit pas seul.

« Interrompre un appel augmente le risque pour le public. Si vous mettez une personne en attente, sa situation peut changer pendant qu’elle est seule. Il y a donc plus de risques que cette personne ne reçoive pas l’aide dont elle a besoin. » Sheldon Miller a déclaré que les pénuries de personnel doivent être résolues parce que des événements comme le dôme de chaleur — qui, à son apogée, a produit près de 12 000 appels en une seule journée — sont à l’origine d’une crise de santé mentale chez les professionnels de l’intervention d’urgence de la Colombie-Britannique.

« Des volumes d’appels excessifs ont provoqué un nombre inhabituellement élevé de congés pour stress et de départs de ces professionnels qui cherchent du travail ailleurs », a-t-il déclaré. « Mais, a-t-il ajouté, malgré ces défis, nos membres continuent d’offrir un excellent service aux Britanno-Colombiens ».