CUPE Local 1867 President Steve JoyLes pourparlers de conciliation entre la section locale 1867 du SCFP, qui représente travailleurs de la voirie, et le ministère des Transports et du Renouvellement de l’infrastructure de la Nouvelle-Écosse, ont été interrompus aujourd’hui lorsque le conciliateur nommé par le ministère du Travail a déclaré une impasse. Les deux groupes sont en négociation, y compris la conciliation, depuis novembre 2014.

« Aux termes de la loi Nova Scotia Highway Workers’ Collective Bargaining Act, la prochaine étape du processus est la nomination d’un conseil d’arbitrage par le ministre à la demande de l’une ou des deux parties, qui aura lieu dans les mois à venir », a souligné Steve Joy, président de la section locale 1867 du SCFP. « Le SCFP va maintenant étudier ses options concernant le droit à une contestation en vertu de la Charte du projet de loi 148 du gouvernement libéral. »

« Les négociations ont été complètement éclipsées par l’adoption du projet de loi 148, la Loi sur la viabilité des services publics, qui une fois proclamée a éliminé la capacité du syndicat de négocier d’importantes parties de la convention collective, y compris les salaires, la durée de la convention, et une concession importante liée à l’élimination de la prime pour long service. L’adoption de ce projet de loi a également empêché que tout arbitre nommé par le ministre puisse se prononcer sur ces questions », a souligné Peter Baxter, conseiller syndical du SCFP.

Le SCFP 1867, le Nova Scotia Highway Workers’ Union (syndicat des travailleurs de la voirie de la Nouvelle-Écosse) représente 1400 employés qui se sont engagés à assurer la sécurité des déplacements des automobilistes dans toutes les parties de la province.