Mardi, le SCFP 2745 a tenu une conférence de presse pour annoncer qu’elle a formellement demandé que la Commission du travail et de l’emploi du Nouveau-Brunswick reconnaisse l’impasse dans leurs négociations avec la province. La section locale 2745 représente près de plus de 4400 employés de soutien éducatif et de bureau dans les écoles et les bureaux des districts scolaires du Nouveau-Brunswick.

« Notre dernier contrat est échu en février 2018. Après presque trois ans de négociations infructueuses, il est clair que le gouvernement nous a menés vers une impasse », a déclaré Theresa McAllister, présidente du SCFP 2745.

« Nous avons envoyé une lettre à la Commission du travail et de l’emploi du N.-B., et je n’ai absolument aucun doute qu’elle reconnaîtra que nous sommes dans l’impasse jusqu’à ce que le gouvernement veuille vraiment une entente équitable », a déclaré McAllister.

La section locale 2745 est maintenant la cinquième section locale du SCFP à déposer une demande de blocage des négociations (après les sections locales 1190, 5017, 1418 et plus récemment 1251).

Lors des dernières séances de négociation, le local fut confronté à une équipe de négociateurs qui ne voulait pas ou ne pouvait pas répondre aux questions et aux préoccupations principales des travailleurs. « Ils n’étaient pas disposés à trouver un terrain d’entente sur les questions les plus importantes, et étaient intransigeants sur le gel des salaires, les attaques contre nos maigres régimes de retraite, l’abus des travailleurs occasionnels, pour n’en nommer que quelques-uns », a déclaré Trent Snikkers, conseiller syndical national du SCFP.

« Il est clair que cette rigidité dans les négociations provient d’en haut, du bureau du premier ministre. Est-ce que le ministre de l’Éducation, Dominic Cardy, lèvera le petit doigt pour rappeler à Blaine Higgs l’importance du travail effectué par les assistants en éducation, les employés des bibliothèques, le personnel administratif, les intervenants et tant d’autres? », a ajouté McAllister.

Comme les enseignants, les travailleurs scolaires font face à de grands défis. L’incertitude, les changements, les nouveaux stress et un cycle éducatif perturbé ne leur facilitent pas la vie. « Pourtant, nous nous sommes adaptés, nous continuons à faire de notre mieux en tant qu’employés de la province. Je ne comprends pas pourquoi le gouvernement veut tant provoquer de disputes avec les travailleurs du secteur public, ceux-là mêmes qui aident nos enfants à réussir à l’école », a déclaré McAllister.

La section locale 2745 du SCFP est composé des assistantes en éducation, adjointes administratives scolaires, commis d’école, préposées de bibliothèques scolaires, support administratif des bureaux des districts, assistantes en orthophonie, intervenantes en milieu scolaire et préposées aux élèves/autobus scolaires.