Vendredi matin, l’équipe de négociation centralisée du SCFP au Nouveau-Brunswick a tenu une conférence de presse pour dénoncer les demandes de concessions incessantes du premier ministre par l’entremise du Conseil du Trésor du Nouveau-Brunswick lors des séances de négociation centralisée.

À 11 h 30 aujourd’hui, le gouvernement a quitté la table de négociation, après avoir refusé de répondre à la dernière passe du SCFP, jeudi soir. « Ils n’étaient pas intéressés à négocier à moins que le syndicat n’accepte des concessions », a déclaré Stephen Drost, président du SCFP-N.-B. 

« Aucun mouvement réel n’a eu lieu sur une augmentation économique générale pour les travailleurs », a déclaré Drost. « Le premier ministre a dit que la négociation c’est « donnant-donnant », mais tout ce qu’il veut c’est prendre, prendre et prendre. Il n’a jamais bougé de son offre initiale, car les mouvements qu’il a faits étaient jumelés à des demandes de concessions importantes au lieu d’une augmentation générale des salaires. »

Pendant la conférence, les élus de l’équipe de négociation centralisée du SCFP ont partagé leur expérience unique de négociation centralisée.

« Nous étions prêts à bouger de notre position initiale d’ajustement économique général si l’employeur était prêt à faire du même. Malheureusement, les négociateurs du gouvernement n’ont pas eu la même politesse lorsqu’il a osé nous présenter le même mandat de restriction salariale exigé à chaque table de négociation il y a plus de trois ans », a déclaré Norma Robinson, présidente du SCFP 1252, le Conseil des syndicats hospitaliers du Nouveau-Brunswick. « D’autres travailleurs du secteur public ont déjà rejeté massivement une demande similaire. Pourquoi le premier ministre penserait-il que nos membres accepteraient une mauvaise entente ? », a ajouté Robinson.

« Nous avons dit aux négociateurs à quel point les membres de nos sections locales sont frustrés et en colère à cause de l’immobilisme et des concessions exigées par le premier ministre », a déclaré Iris Lloyd, présidente du SCFP 1253, qui représente les concierges, les travailleurs de métier et les chauffeurs d’autobus scolaires des districts scolaires.

« Je suis très déçu de voir comment le premier ministre a préféré gaspiller une occasion extraordinaire de régler - à une table centralisée - les principaux problèmes de recrutement et de rétention dans les services publics grâce à une augmentation économique générale équitable », a déclaré Steve Drost.

Les votes de grève à l’échelle de la province commenceront le mardi 7 septembre. Les votes dans le secteur de la santé et les collèges communautaires francophones auront lieu plus tard ce mois-ci.

« La porte n’est jamais fermée si Higgs veut améliorer les salaires réels des travailleurs par une augmentation économique générale, et non par des concessions », a conclu Steve Drost.