Tired Frontline health care Worker with protective suit during COVID-19

Le personnel de l’Hôpital régional de North Bay (NBRH) déplore à nouveau le moral lamentable en première ligne. Et la situation n’est pas due à la pandémie exténuante ou aux pénuries de personnel sans précédent, mais à une gestion intransigeante, sans respect ni empathie, de la part de la direction, selon plus de 250 membres du personnel de première ligne du NBRH interrogés au début de l’automne.

Le Conseil des syndicats d’hôpitaux de l’Ontario (CSHO), la division hospitalière du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), organise une conférence de presse le mercredi 2 novembre à 11 h pour publier les résultats de ce sondage auprès du personnel infirmier auxiliaire, des concierges, des gens de métier, du personnel de bureau et des autres professions représentées par le SCFP 139  au NBRH.

En avril dernier, le président du CSHO-SCFP, Michael Hurley, avait soulevé publiquement de graves préoccupations concernant l’approche conflictuelle et coûteuse de l’hôpital en matière de stabilité du personnel et de relations de travail. Il avait appelé le NBRH à collaborer avec le SCFP de manière plus constructive afin de régler un nombre record de griefs à l’hôpital.

« Hélas, déplore-t-il aujourd’hui, alors que nos hôpitaux font face à des pénuries de personnel sans précédent et à une vague record d’épuisement professionnel, les réponses à notre sondage nous disent que la situation empire à North Bay au lieu de s’améliorer. Le nombre de départs augmente, tout comme le nombre d’absences dues au stress pandémique, à la COVID-19 et maintenant à la grippe. Les gens qui restent se retrouvent avec une charge de travail impossible et la direction ne leur témoigne aucun encouragement. » Michael Hurley sera présent à North Bay ce mercredi pour présenter les résultats du sondage.