Exaspéré de voir la Ville de Sherbrooke sous-payer ses employés étudiants, le Syndicat des cols bleus de Sherbrooke, le SCFP 2729, a déposé une requête en accréditation au Tribunal administratif du travail le 18 juillet dernier dans le but d’intégrer les étudiants à sa convention collective.

Rappelons que la Ville de Sherbrooke emploie près de 80 employés étudiants affectés à des tâches de cols bleus, comme l’entretien des parcs, l’horticulture, etc.

La Ville n’a aucunement modifié sa politique de rémunération de ses employés étudiants à la suite de la décision de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse. Rendue en 2017 dans le dossier de l’ABI, elle affirmait que le fait d’offrir un salaire différent pour effectuer des tâches similaires uniquement en raison du statut d’étudiant était discriminatoire.

Selon Marc Turcotte, vice-président du SCFP 2729 et responsable du dossier, « la syndicalisation des employés étudiants obligera la Ville à revoir sa politique de rémunération et limitera le fait de les d’utiliser comme main-d’œuvre bon marché pour faire du travail de cols bleus ».

Les étudiants pourront aussi se voir reconnaître les heures effectuées lors des saisons précédentes s’ils désirent revenir à la Ville.

Le SCFP salue l’initiative du SCFP 2729. « Les étudiants seront les cols bleus de demain, s’ils le veulent. Il est impératif pour les syndicats locaux SCFP de leur faire une place dès aujourd’hui pour qu’ils soient solidaires de nos luttes », a affirmé Marc Ranger, directeur québécois du SCFP.