Selon le SCFP-Ontario„ le récent rapport du Bureau de la responsabilité financière (BRF) de l’Ontario sur les nombreuses pertes d’emplois souligne la nécessité de mieux soutenir les travailleurs et de renforcer les services publics.

« Les pertes d’emplois s’avèrent être une condamnation de la mauvaise gestion de cette pandémie par le gouvernement Ford et un rappel de ce dont nous avons besoin aujourd’hui », a déclaré Fred Hahn, président du SCFP-Ontario. « Alors que plusieurs personnes souffrent et sont sans travail, les grandes entreprises augmentent leurs profits pendant la COVID 19. Il faut augmenter les impôts des Ontariens les plus riches et des sociétés qui profitent de la pandémie, pour payer les services publics essentiels sur lesquels les gens comptent. Nous devons créer des emplois pour optimiser les services dont nos collectivités ont tant besoin et pour mettre des emplois à disposition des Ontariens qui ont perdu leur gagne-pain ».

Le SCFP-Ontario a déjà fait remarquer que, contrairement à d’autres provinces, les conservateurs de Doug Ford ne fournissent pas de soutien direct au revenu aux chômeurs, ni d’autres aides nécessaires à ceux qui ont perdu leurs revenus. Le syndicat condamne aussi le gouvernement Ford pour avoir voté hier contre l’interdiction des expulsions, une « décision honteuse qui constitue une menace directe pour les victimes de l’inaction de Doug Ford », a déclaré M. Hahn.

Le SCFP-Ontario a demandé aux conservateurs de veiller à ce que le prochain budget du printemps renforce les services publics. Selon le syndicat, des milliers de préposés aux services au soutien de la personne sont nécessaires dans le secteur des soins de longue durée, ainsi que des milliers de préposés au traçage pour les unités de santé publique, plus de travailleurs de l’éducation pour restructurer les écoles afin d’en assurer la sécurité, et bien plus encore.

Afin de contrer la perte d’emplois dans les communautés, le SCFP-Ontario demande également à la province de créer de nouvelles possibilités de formation.

« La province doit utiliser les collèges publics et d’autres méthodes publiques pour former les chômeurs afin qu’ils puissent assumer les rôles dont on a désespérément besoin dans la lutte contre cette pandémie mondiale qui fait rage », a déclaré Candace Rennick, secrétaire-trésorière du SCFP-Ontario.