Dan Gawthrop | Service des communications du SCFP

Le 21 juin, le SCFP-C.-B. publiait une vidéo pour la Journée nationale des peuples autochtones afin de poursuivre le dialogue sur la réconciliation. Des membres du SCFP y explorent ce qu’on peut faire, collectivement et individuellement, pour favoriser l’égalité et faire du Canada une société plus juste pour les peuples autochtones.

D’une durée de cinq minutes, « Reconciliation: CUPE Members Speak » cherche à faire réfléchir en donnant la parole à des membres du SCFP pour aborder divers aspects de la réconciliation, y compris la signification de ce terme pour eux. Les témoignages, accompagnés d’une composition pour tambours de l’organisme de sensibilisation de Vancouver Culture Saves Lives, mettent l’accent sur la correction des torts historiques par des mesures concrètes.

« Chacun de nous a un rôle à jouer pour faire du Canada une société plus juste », affirme le président du SCFP‑C.‑B., Paul Faoro.

« Ces témoignages contribuent à la discussion sur la façon de concrétiser cet idéal. Bien que la responsabilité de la réconciliation incombe aux personnes non autochtones, qui profitent le plus encore aujourd’hui des terres que nous partageons tous, nos membres, y compris ceux qui sont autochtones ou métis, ont quelque chose de précieux à apporter à cette conversation. »

Depuis novembre 2015, date à laquelle la Commission de vérité et réconciliation fédérale a publié ses 94 appels à l’action pour corriger les torts historiques du système des pensionnats indiens, un dialogue national a lieu sur les moyens à prendre pour rendre le Canada plus inclusif et équitable pour les peuples autochtones.

Dans la vidéo, les membres du SCFP traitent de questions allant de l’accès à l’eau potable à l’application du principe de Jordan qui garantit aux enfants autochtones l’accès aux services dont jouissent les enfants non autochtones.

Ce projet est une initiative du Comité des travailleurs autochtones du SCFP‑C.‑B.