SCFP 7300La Fraternité des travailleurs et travailleuses du préhospitalier du Québec (FTPQ, SCFP 7300) est à la fois déçue et perplexe face à l’offre monétaire des représentants patronaux et gouvernementaux. Après avoir vu le gouvernement du Québec offrir des milliards de dollars à d’autres intervenants du monde de la santé, les paramédics sont aujourd’hui restés sur leur faim.

Alors que les paramédics volent au secours des salles d’urgence des hôpitaux québécois et avec une professionnalisation qui flotte dans l’air depuis la conclusion des travaux du Comité national de transformation des soins préhospitaliers d’urgence (CNTSPU), les paramédics n’ont pas l’intention de voir leurs compétences et leurs nouvelles responsabilités ne pas être rétribuées à leur juste valeur.

« Pour le moment, nous ne sommes tout simplement pas sur la même planète. La différence entre notre position et celle de la partie patronale est tout simplement astronomique », a déclaré Benoit Cowell, président de la FTPQ.

Les paramédics veulent un contrat de travail négocié. Ils demandent notamment un changement de la structure salariale incluant des augmentations de salaire substantielles pour chacune des années du contrat, des mécanismes pour assurer la prise d’une période de repas pendant leur quart de travail, des améliorations au régime de retraite visant à abaisser l’âge de la retraite, une baisse du coût des assurances collectives et l’abolition des horaires de faction. 

La FTPQ est un syndicat majeur dans le domaine du préhospitalier. Nous sommes le seul syndicat indépendant exclusif de paramédics au Québec. La FTPQ est un syndicat affilié au Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) qui représente plus de 17 000 paramédics au Canada, ainsi qu’à la FTQ, la plus grosse centrale syndicale au Québec.