Le SCFP-Nouvelle-Écosse condamne fermement le racisme et la violence envers les Autochtones qui ont secoué notre province ces derniers jours.

Le SCFP-Nouvelle-Écosse est solidaire des pêcheurs mi’kmaq qui exercent leur droit constitutionnel de pratiquer une « pêche de subsistance modérée ». En 1999, la décision Marshall de la Cour suprême du Canada a confirmé ce droit qui découle des traités de paix et d’amitié de 1760 et 1761. Il est temps que nos dirigeants fédéraux et provinciaux accordent la priorité aux droits des Mi’kmaq et de tous les peuples autochtones du Canada.

Les gouvernements fédéral et provincial, ainsi que la GRC, n’ont pas réussi à protéger les droits, la vie et les moyens de subsistance des Mi’kmaq. La violence et l’intimidation perpétrées contre les Mi’kmaq, ainsi que les récents actes de vandalisme et d’incendie criminel, sont inexcusables.

Les gouvernements fédéral et provincial doivent assurer la sécurité des pêcheurs mi’kmaq lorsque ceux-ci s’adonnent à une pêche légale qui leur est garantie par la Constitution. Le SCFP-Nouvelle-Écosse demande également au gouvernement fédéral de veiller à ce que les forces supplémentaires que la GRC a déployées bénéficient d’une formation appropriée sur la sécurité culturelle et le racisme envers les Autochtones.

Veuillez vous joindre aux Mi’kmaq et à nous pour dénoncer le racisme et la violence contre les peuples autochtones.

Image tirée du projet d’atlas numérique et de site Web des noms de lieux mi’kmaw viahttps://www.mapdev.ca/placenames.