Matthew Stella | Service des communications du SCFP

Fangliang Xu est incapable de dire « non ». C’est pourquoi cette vidéaste de l’Université Carleton, membre de la section locale 2424 du SCFP, a participé à la grève de sa section locale avant de partir à l’aventure à l’étranger.

« Quand j’ai entendu parler de la question des retraites, j’étais encore sous contrat occasionnel, mais tout le monde au bureau était inquiet. Je savais que je finirais par obtenir mon temps plein. Il fallait donc que les contractuels comme moi s’impliquent. »

Elle est devenue chef de piquet par hasard, après avoir salué le président de la section locale à la banque. « Deux heures plus tard, je recevais un courriel disant : “Xu, tu as l’air sympathique ; tu devrais être chef de piquet.” Je ne dis jamais non, alors j’ai dit oui, rit-elle. Je suis allé à une formation sur le piquetage. Des gens du SCFP national nous ont montré comment bloquer la circulation et installer une tente et des toilettes portatives. C’était vraiment bien organisé. »

Malgré ses bonnes dispositions, elle s’est avérée trop timide pour se faire remarquer. « Personne ne savait que j’étais chef de piquet, parce que, contrairement à l’autre chef, je ne touchais pas au porte-voix. » Elle a donc mis ses compétences à profit. « J’ai fait des vidéos amusantes sur les consignes de piquetage. Cela me ressemblait plus. » Les vidéos de Xu ont été partagées sur le groupe Facebook de la section locale. Rapidement, elle s’est fait reconnaître sur le campus.

Après la grève, Xu a dit oui à une autre demande. Un ami avait besoin d’aide pour tourner un documentaire en Islande. Moins de deux semaines après la grève, Xu filmait les efforts des chercheurs pour limiter l’impact du tourisme sur les épaulards de la région, une expérience qu’elle n’oubliera pas de sitôt.

De retour à Ottawa (avec un contrat à temps plein), Xu continue de participer à la vie de son syndicat. Elle est membre du comité des communications à titre de vidéaste.