Le Syndicat canadien de la fonction publique célèbre la Journée internationale des agents de bord le 31 mai et invite ces travailleurs du monde entier à réfléchir à l’évolution de leur profession.

Saviez-vous qu’en 1938, pour travailler comme « hôtesse de l’air » aux Lignes aériennes Trans-Canada, il fallait être une infirmière, âgée de 21 à 25 ans, célibataire, ne dépassant pas 5 pieds 5 pouces, pesant moins de 125 livres et en bonne santé, avec un bon caractère et une bonne vision? Incroyable, non?

Depuis cette époque restrictive, nous avons été témoins de changements radicaux. Les hommes ont finalement eu la possibilité de devenir agents de bord. Nous avons obtenu des prestations de maternité, des prestations parentales, des assurances collectives, sans oublier l’instauration de lois sur la santé et la sécurité et d’indemnisation des accidentés.

Le SCFP continue de lutter pour que ses membres soient traités équitablement, avec dignité et respect. Les agents de bord doivent être appréciés et valorisés pour leur engagement, leur dévouement, leur expérience sans égale et leur sagesse.

Les agents de bord ont encore beaucoup de chemin à parcourir. Notre monde en constante évolution a généré de nouveaux défis, notamment des vols plus longs, des passagers indisciplinés, des effets néfastes sur la santé et des risques de sécurité.

En outre, les employeurs continuent de faire pression pour que leur personnel travaille plus fort, avec moins de ressources.

Mais, avec dévouement et détermination, nous œuvrerons pour rendre la vie des agents de bord meilleure et plus sûre.

Le SCFP est le syndicat des agents de bord du Canada; représentant plus de 15 000 travailleurs répartis entre dix transporteurs aériens.