Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Ce jeudi matin, plus d’un millier de représentants de la Coalition syndicale pour la libre négociation se sont réunis au Palais des congrès de Montréal pour adopter un plan de mobilisation. Ce plan confirme la tenue d’un «Grand Dérangement» de 24 heures au cours des prochaines semaines, ainsi que de plusieurs manifestations. 

Dès la levée de l’assemblée, les participants se sont dirigés vers l’hôtel Le Reine Élizabeth, boulevard René-Lévesque Ouest, pour manifester de 11 h 45 à 13 h. À l’intérieur se tenait le «Grand Forum pour de nouveaux partenariats», organisé par l’Institut pour le partenariat public-privé et l’Union des municipalités du Québec. Plusieurs représentants du gouvernement Couillard et élus municipaux participent à l’événement en compagnie de représentants de grandes firmes et grands cabinets. Les quelque 2000 manifestants de la Coalition ont rappelé leur slogan aux convives: «On n’a rien volé (nous).» 

«Les employés municipaux sont mobilisés au maximum face à un gouvernement qui tire aveuglément sur tout ce qui bouge. Malgré toutes les solutions et tous les compromis que nous avons adoptés et proposés, le projet de loi 3 n’a pas changé sur le fond. Il n’y a toujours pas de place pour de vraies négociations», a déploré Marc Ranger, porte-parole de la Coalition. 

«Comme beaucoup de gens ces temps-ci au Québec, les employés municipaux ont bien du mal à se faire entendre par le gouvernement libéral. Nous entamons donc une nouvelle phase d’action. Nous allons déranger le moins possible la population et le plus possible ceux qui veulent nous voler nos régimes de retraite», ont lancé Paulin Aubé de la FPMQ, Ronald Martin de l’APM et du RAPQ, Yves Francoeur de la FPPM, Denis Marcoux de la FEESP-CSN et Jean Gagnon de la FISA

L’assemblée de l’avant-midi a également permis aux participants de faire le point sur les contestations juridiques à venir. Ils ont aussi entériné une résolution d’appui aux employés municipaux de Montréal visés par des sanctions, dont Ronald Martin. 

La Coalition regroupe plus de 65,000 cols blancs, cols bleus, pompiers, policiers, professionnels et employés de sociétés de transport. Elle représente la quasi-totalité des employés municipaux syndiqués du Québec. Ses revendications sont expliquées sur le site librenego.com

Elle est composée du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP-Québec) et de son Conseil provincial du secteur municipal de même que de son Secteur du transport terrestre, de la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP-CSN), de la Fédération indépendante des syndicats autonomes (FISA), de la Fédération des policiers et policières municipaux du Québec, de la Fraternité des policiers et policières de Montréal, de l’Association des pompiers de Montréal, du Regroupement des associations de pompiers du Québec ainsi que du Syndicat des pompiers et pompières du Québec – FTQ.