Charles Fleury | Secrétaire- Trésorier National

@ twitter.com/SCFPSecNat

La croissance du SCFP se poursuit, tout comme celle de son budget de fonctionnement. Grâce à notre budget de 178 millions de dollars pour 2014, nous respecterons toutes nos obligations financières. Mais avec une hausse des revenus de capitation d’à peine 0,8 % ou 1,4 million de dollars cette année, l’élaboration du budget de 2014 a été un véritable défi.

Nous devions tenir compte de la réalité économique. Pour la première fois depuis de nombreuses années, nous avons terminé l’année 2013 avec un déficit d’exploitation. De plus, les facteurs contribuant au ralentissement de la croissance des revenus demeurent. 

Premièrement, dans la foulée de la crise financière de 2008, la renégociation des conventions collectives s’est effectuée dans un climat d’austérité. Nous avons donc vu beaucoup de gels ou de très petites augmentations salariales. Deuxièmement, même si notre effectif continue de grandir, presque toute cette croissance est due à des travailleurs à temps partiel, occasionnels et temporaires.

Finalement, notre effectif se renouvelle et ceux qui font partie de la vague de départs à la retraite sont remplacés par de nouveaux membres qui commencent au bas de l’échelle salariale. 

Dans ce contexte financier, nous avons dû faire des choix importants pour l’avenir de notre syndicat. 

Certains des facteurs soulignés ci-dessus comportent cependant du positif pour notre syndicat. Par exemple, nous devons syndiquer les travailleurs à temps partiel et occasionnels. Nous avons donc prévu des ressources pour renforcer et accroître notre effectif. 

Le SCFP forme également ses conseillers régionaux pour qu’ils puissent offrir de l’information en matière de régimes de retraite aux sections locales de tout le pays. Cette stratégie sera payante aux tables de négociations. 

Sur la scène nationale, nous devons aussi gagner une bataille politique : les élections fédérales de 2015. Grâce au projet Ensemble pour un monde plus juste, nous aurons des conversations avec l’ensemble de nos membres. Ensemble, nous nous débarrasserons de ce gouvernement antisyndical et de son programme d’austérité.