Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Parler de Jennifer Lim comme d’une bâtisseuse communautaire, c’est parler au sens littéral. La présidente du SCFP 336 bâtit des quartiers tissés serrés et attentionnés, que ce soit comme urbaniste à la Ville de Selkirk ou, dans ses temps libres, comme organisatrice à l’association des résidents de Seven Oaks. 

Architecte-paysagiste et urbaniste de profession, Jennifer supervise le développement de nouveaux sous-quartiers. Elle s’occupe aussi de l’application des règlements municipaux. C’est d’ailleurs en faisant enquête sur des infractions aux règlements qu’elle a eu l’idée de fonder l’association des résidents de Seven Oaks (Seven Oaks Residents Association ou SORA).

« Au boulot, j’étais submergée de plaintes entre voisins, raconte-t-elle. J’avais l’impression que notre monde devenait de plus en plus judiciarisé et de moins en moins prêt à résoudre ces choses à travers le dialogue. Un grand nombre de citoyens se tournent vers les organismes gouvernementaux et les avocats pour affirmer leurs droits de propriétaires ou forcer leurs voisins à respecter les règlements. Évidemment, il est important et parfois nécessaire de connaître ses droits, mais j’ai bien peur que les gens ne sachent plus comment se parler entre voisins. Ils ne font plus attention les uns aux autres. »

Jennifer explique que la SORA a pour but de rapprocher les gens et de nourrir la bonne volonté et les bons sentiments dans le quartier. Elle repose aussi sur le principe de tendre une main secourable le moment venu, chose dont Jennifer est particulièrement fière : « Il y a des bénévoles prêts à rendre service si quelqu’un est incapable d’aller acheter du lait, de déneiger son entrée ou de tondre son gazon. Les résidents qui ont besoin d’aide téléphonent à la SORA, puis nous les mettons en communication avec le ou la bénévole qui convient. »

Cette approche aide les gens en plus d’éliminer les plaintes portant sur les jardins mal entretenus : « Nous pouvons aider un voisin dans le besoin au lieu de le signaler aux autorités comme un voisin problématique. »

Le député provincial Gord Mackintosh appuie fermement la SORA depuis le début. Son bureau participe à l’organisation des « Patrouilles de citoyens », avec SORA et d’autres organismes qui, selon Jennifer, aident à bâtir une confiance communautaire et à dissiper les mythes sur son quartier.

Par exemple, certains enfants du quartier étaient transportés dans un quartier mieux nanti pour y pratiquer des sports. Ce comportement a entraîné la fermeture du centre communautaire du coin, la perte d’emplois communautaires bien rémunérés et, à terme, la décrépitude de maisons bien entretenues auparavant.

« L’allure mal en point du quartier a fait baisser la valeur des propriétés et le sentiment de fierté des résidents, qui ont cessé de se balader dans les rues pour admirer les jardins de leurs voisins, explique Jennifer. Et lorsqu’il y a moins de gens dans les rues, on ouvre la porte au vandalisme et au vol, ce qui nourrit à son tour la peur et la négligence. »

Selon elle, SORA peut aider à changer les présuppositions de pauvreté et de crime, à coups de marches communautaires et d’aide à l’entretien des propriétés. L’association cherche aussi à rehausser la fierté des résidents du quartier en décernant des prix pour les plus beaux jardins et l’entretien de la communauté.

Jennifer Lim travaille au service d’urbanisme de Selkirk depuis 2003. Elle participe activement à la vie de sa section locale depuis plus de quatre ans. D’ailleurs, elle en est actuellement la présidente. Elle préside aussi le Comité d’orientation des employés municipaux manitobains du SCFP-Manitoba.

Elle tire un fort sentiment d’accomplissement de l’association qu’elle a aidé à bâtir : « Outre un incroyable karma, je crois que SORA permet aux voisins de devenir de meilleurs voisins. Se saluer, ça ne coûte pas cher, mais on pourrait tout perdre à ne pas le faire. »

_________________________________________________________________ 

L’édition de cette année porte particulièrement sur les membres du SCFP agissant comme bâtisseurs communautaires. Nous illustrerons le rôle crucial que tiennent nos membres, au travail et dans leurs temps libres, dans l’érection de communautés fortes. Participez à la Journée communautaire : visitez le scfp.ca/communautes

Jennifer est notre dixième membre à figurer dans cette série de portraits. Comme nous l’avions annoncé, les dix premiers membres dont nous avons parlé recevront un chandail molletonné à l’effigie du SCFP