Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Le SCFP continue à syndiquer des travailleuses et des travailleurs pour améliorer leurs conditions de travail et de rémunération, malgré des nouvelles peu encourageantes sur le front de l’économie.

La semaine dernière, à Toronto, 33 travailleuses et travailleurs des Services d’aide aux immigrants juifs (Jewish Immigrant Aid Services ou JIAS) du Canada sont devenus membres du SCFP. Parmi ces nouveaux membres du JIAS, on retrouve des professeurs de langue qui enseignent l’ALS à de nouveaux Canadiens et des gardiennes d’enfants qui offrent des services de garde pendant que les parents suivent les cours du JIAS. Ils feront partie de la section locale 4400 du SCFP.

À Rainy River, quatre éducatrices de la petite enfance (EPE) du conseil scolaire du district de Rainy River sont devenues membres de la section locale 65 du SCFP.

« Lorsque l’économie va mal, de plus en plus de travailleuses et de travailleurs se rendent compte des avantages de l’adhésion au SCFP, a déclaré Debbie Oldfield, conseillère à l’organisation du SCFP.  Les travailleuses et travailleurs sont très conscients de l’engagement du SCFP à promouvoir leurs droits, ce qui aide nos efforts de recrutement.  Nous souhaitons la bienvenue à nos nouveaux membres et nous les aiderons à atteindre leurs objectifs et à améliorer leur milieu de travail. »