Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Il n’a pas fallu beaucoup de temps au nouveau gouvernement élu pour montrer ses vraies couleurs.

À peine quelques mois après son élection, en septembre 2010, le gouvernement a donné ordre aux ministères de réduire immédiatement leurs budgets de 1 % et de se préparer à le réduire de 2 % par année pendant les trois prochaines années.

Le ministre des Finances, Blaine Higgs, a donné le ton en déclarant que ces mesures ne suffisaient pas. En janvier, le ministre avait déjà sabré 42,9 M$ dans les dépenses du gouvernement.

Le budget

En mars 2011, après avoir promis d’écouter les citoyens de la province, le gouvernement a choisi d’ignorer le message que lui avaient transmis les Néo-Brunswickois lors des consultations budgétaires, lui demandant de mettre la réforme fiscale au rancart afin d’assainir les finances publiques.

Au lieu de cela, le gouvernement a penché du côté de la communauté des affaires. Il a réduit davantage le taux d’imposition des sociétés, qui est maintenant à 10 %, tandis que les petites entreprises sont imposées à 4,5 %, s’inscrivant ainsi dans la même tangente que le gouvernement libéral précédent.

D’autre part, il a pris la décision d’imposer une taxe à la consommation sur certains produits, comme le carburant et le tabac. Le gouvernement a annoncé des compressions de l’ordre de 220 M$ dans divers programmes, dont 17,6 M$ dans les dépenses d’administration et de fonctionnement des districts scolaires.

Le gouvernement a également annoncé qu’il ferait des économies de 23 M$ en réduisant les dépenses générales des régies régionales de la santé, plus précisément en ce qui touche les achats, et en réalisant d’autres gains d’efficacité dans les services non cliniques.

Santé

À la fin de l’été, nous avons vu les premiers effets des compressions budgétaires. Le Réseau de santé Horizon a annoncé ses premières compressions :

  • Les heures d’ouverture ont été réduites aux centres de santé de Minto, de Harvey, de Black Harbour, de McAdam et de Tobique et des réductions ont également été effectuées à l’hôpital de Miramichi et l’hôpital Everett Chalmers.
  • On a assisté, jusqu’ici, à l’élimination d’un certain nombre d’emplois dans le Réseau de santé Horizon. Le Réseau de santé Vitalité a également réduit ses heures de fonctionnement dans certains centres de santé et il a annonce l’élimination prochaine de certains postes.


Le ministre des Finances a maintenant les journées de maladie des travailleurs de la santé dans la mire, signalant que l’absentéisme dans les soins de santé coûte 87 M$ à la province.

Éducation

Les compressions budgétaires de l’ordre de 17,6 M$ dans l’éducation, et plus précisément dans l’administration et le fonctionnement des districts scolaires, y compris le financement des bibliothèques scolaires (personnel, achat de nouveaux livres, etc.), la réduction de l’effectif ou la réduction des heures de travail des conducteurs d’autobus, des concierges, des aides-enseignantes, etc.

Transport

Une réduction de 4 M$ dans le programme d’entretien hivernal a été annoncée en début novembre. Cela signifie que :

  • les nouveaux chemins privés ne seront pas déneigés;
  • les chasse-neige seront moins nombreux – 21 anciens chasse-neige ont été mis hors service;
  • le personnel sera moins nombreux en hiver – réduction de l’effectif au cours des deux prochaines années afin d’économiser 2,2 millions de dollars, ce qui entraîne une réduction du nombre d’emplois;
  • le sel sera épandu en moins grande quantité et les services seront réduits – 216 routes privées ne seront plus entretenues;
  • des discussions ont cours sur l’introduction des autoroutes à péage.


Alcool NB

La privatisation de la Société des alcools de l’île Grand Manan a engendré la perte d’emplois. Il pourrait y avoir d’autres privatisations puisque la Société des alcools n’a pas atteint son objectif de réaliser 10 M$ de profits de plus que les 160 M$ enregistrés l’an passé.

Mesures diverses

  • Deux catégories de salaire minimum;
  • Augmentation du salaire minimum à 10 $ l’heure reportée au 1er avril;
  • Abandon de l’indemnité de retraite pour les nouveaux employés et les employés non syndiqués;
  • Réduction des dépenses de l’ordre de 20,6 M$ dans diverses initiatives de la Société régionale de développement;
  • Une troisième année de gel salarial est également à prévoir, puisque le gouvernement a déjà fait une demande en ce sens aux députés;
  • Changements proposés au Plan de médicaments sur ordonnance, faisant passer la contribution des aînés de 250 $ à 500 $;
  • Report de la construction et de la rénovation de foyers de soins infirmiers;
  • Abolition du Conseil consultatif sur la condition de la femme – compression budgétaire de l’ordre de 418 000 $;
  • Financement du Secrétariat pour les organismes communautaires sans but lucratif – compression budgétaire de l’ordre de 378 000 $
  • Financement de la Commission de la capitale provinciale – compression budgétaire de l’ordre de 414 000 $.


Perte d’emplois

Contrairement à son prédécesseur, le gouvernement Alward n’a pas annoncé d’importantes réductions d’emplois au sein de la fonction publique. Il élimine surtout des postes par attrition. L’an dernier, 600 emplois ont ainsi été éliminés.

Le gouvernement a également éliminé 20 emplois à Entreprises Nouveau-Brunswick et 24 emplois à Communications Nouveau-Brunswick.

D’autres emplois sont également en jeux. Actuellement, les régies de la santé éliminent des postes demeurés vacants en raison du gel salarial ordonné par le gouvernement. Nos membres qui travaillent pour le ministère des Transports perdront leur emploi ou ne seront pas remplacés après leur départ à la retraite en raison des compressions dans les programmes d’entretien hivernaux.

Nous devons nous attendre à des pertes importantes d’emplois!

Changements importants

La semaine dernière, le premier ministre Alward a annoncé d’importants changements : les fonctions associées à la budgétisation, à la gestion des ressources humaines et de l’information, et à la reddition de comptes relèveront d’un seul Conseil de gestion au sein du Bureau du Conseil exécutif.

Déjà, Blaine Higgs, qui sera responsable du Conseil de gestion, envisage la fusion des ministères et des organismes de développement économique en une seule entité. Il cité en exemple la fusion des fonctions des agents d’inspection et d’exécution de différents ministères, dont les ministères des Ressources naturelles, de l’Environnement, du Transport et de la Sécurité publique

L’examen structurel qu’effectue le gouvernement depuis le printemps dernier vise à présenter aux Néo-Brunswickois « des services publics de plus petite taille et moins coûteux, avec un moins grand nombre de ministères, d’organismes, d’employés et de services ».

Le ministre Higgs a dit : « bien des personnes ne comprendront pas pourquoi les mesures de réduction de l’effectif, de fusion, de rationalisation, et d’élimination complète de ministères et d’organismes sont nécessaires».

Le gouvernement présentera son plan triennal visant à rétablir la santé financière du Nouveau-Brunswick au prochain budget.

Les mois à venir

Les membres du SCFP auront une importante bataille à livrer dans les mois à venir. Depuis un an, le message est clair : le gouvernement s’en prendra à nos emplois, nos salaires et à nos avantages sociaux.

Il essaie déjà de nous soutirer l’indemnité de départ que nous avons négociée pour nos membres. Il veut également nous enlever nos journées de maladie. Un examen du régime de retraite privé a été effectué et un examen du régime de retraite gouvernemental est en cours.

Les groupes d’entreprises exercent des pressions avec succès pour entraîner un nivellement par le bas.

Nous devons faire du lobbying auprès des députés et faire campagne contre les compressions aux services publics. Non seulement nos emplois sont en jeu mais également notre filet de sécurité sociale!

Le gouvernement regarde seulement au résultat final – il veut équilibrer son budget et satisfaire le monde des affaires. Il refuse d’annuler la réduction des taxes, qui a créé le problème auquel nous sommes confrontés. Nous devons retourner à un système de taxe progressif où tout chacun paye sa juste part afin d’offrir des bons services publics à toute la population néo-brunswickoise, peu importe leur lieu de résidence!
  

Contenus correlés

Le Signal - Vol. 3 No. 1 - Automne 2011 (SCFP-NB)