Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Le 3 décembre 2011

Au travail, les personnes ayant un handicap affrontent des obstacles insoupçonnés de leurs collègues. Des tâches quotidiennes qui nous semblent acquises peuvent s’avérer très difficiles pour elles. Sans oublier que les personnes ayant un handicap doivent parfois composer avec la discrimination et même le harcèlement au travail.

C’est pourquoi il est si important de souligner la Journée internationale des personnes ayant un handicap. Nos membres qui affrontent ces obstacles méritent notre appui et notre solidarité, afin que les employeurs les accommodent. Ces travailleurs ont le droit de pouvoir faire leur travail et cette journée nous sensibilise à cet enjeu.

Au dernier congrès national du SCFP, les délégués ont adopté une résolution importante qui ouvre la porte à une nouvelle campagne de sensibilisation aux droits des personnes ayant un handicap. Prévue pour six mois, cette campagne permettrait d’attirer l’attention sur les problématiques des travailleurs ayant un handicap, mais aussi de produire de nouveaux documents éducatifs, de compiler les clauses des conventions collectives portant sur ces problématiques et d’améliorer l’accès aux cours touchant aux droits des personnes ayant un handicap.

Au cours de la prochaine année, le SCFP prévoit aussi publier une série de documents d’information sur les droits des personnes ayant un handicap. Pour en savoir plus, surveillez le SCFP.ca.

Que pouvez-vous faire dans votre section locale?

À pareille date l’an dernier, le SCFP soulignait la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes ayant un handicap, dont le Canada était un signataire.

Cette année, nous demandons aux sections locales et aux divisions du SCFP de partout au Canada de trouver des façons pour que le SCFP puisse mettre en œuvre les principes d’accessibilité, d’inclusion, de non-discrimination et d’égalité des chances de la Convention des Nations Unies. Nous devons éduquer, négocier, arbitrer et remuer les choses.

Éduquer : le SCFP a été très actif sur le dossier de l’éducation, créant des cours complets et des modules de formation pour les personnes déléguées syndicales sur les droits des personnes ayant un handicap et l’obligation de prendre des mesures d’adaptation. Les projets du Groupe de travail national des personnes ayant un handicap du SCFP incluaient un jeu électronique sur les droits des personnes ayant un handicap appelé « la Roue chanceuse » et une introduction à « Comment communiquer avec nos confrères et consœurs ayant un handicap ». Des cours sur l’obligation de prendre des mesures d’adaptation sont disponibles pour les membres du SCFP dans la plupart des divisions.

Négocier : la négociation est un outil important pour les militantes et les militants des droits des personnes ayant un handicap. Au niveau de la division et de la section locale, nous devons travailler à voir à ce que chaque comité de négociation ait une personne ayant un handicap comme membre ou, si ce n’est pas possible, qu’une personne membre ayant un handicap ait la possibilité de formuler des commentaires au comité. Les sections locales du SCFP de partout au Canada ont obtenu, grâce à une négociation collective inébranlable et créative, des dispositions très utiles au sujet de la création de comités mixtes d’accommodement et sur un processus visant à assurer l’équité à toutes les personnes concernées, ainsi que de meilleures dispositions sur les avantages sociaux.

En plus de la négociation collective, les conseillères et conseillers syndicaux du SCFP, parfois avec l’aide des conseillères et conseillers juridiques et à l’égalité, négocient avec succès et de façon créative des mesures d’accommodement au travail chaque jour pour les membres ayant un handicap, que ces handicaps soient physiques ou mentaux, permanents ou temporaires, visibles ou invisibles, faciles ou difficiles.

Arbitrer : lorsque nécessaire, le SCFP arbitre sur des questions relatives aux handicaps, comme les refus de prestations d’invalidité à court et à long terme, des appels sur des refus d’accorder des prestations et des questions d’indemnisation des accidents du travail et d’accommodement. Il est clair qu’une grande variété de questions liées aux handicaps fait maintenant partie du travail courant du SCFP, mais il reste encore beaucoup à faire.

Remuer les choses : le Groupe de travail national des personnes ayant un handicap du SCFP offre des conseils au syndicat sur de nombreuses campagnes liées aux handicaps. L’incorporation des questions relatives aux handicaps dans la négociation collective et le matériel éducatif offre aux membres les outils pour favoriser le changement et pour faire pression sur les gouvernements pour de meilleures lois, de meilleures pensions et de meilleures prestations pour toutes les personnes ayant un handicap.

Que la lutte soit à la table de négociation, qu’elle concerne la négociation de mesures d’accommodement avec l’employeur, le lobbyisme pour des lois ou, de manière générale, qu’elle vise à sensibiliser davantage les membres et à les éduquer sur la protection et l’amélioration des droits des personnes ayant un handicap, le SCFP peut vous aider avec les ressources et l’expertise pour mener ces batailles.

Cette année, pour souligner cette date importante, promettons de voir à ce que notre syndicat et nos lieux de travail soient accessibles, inclusifs, respectueux et accommodants, de sorte que le SCFP et les collectivités dans lesquelles nous travaillons soient renforcés par les contributions de toutes les personnes membres du SCFP.