Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Début du procès d’un chef syndical le vendredi 2 septembre – Faites vites!

Récemment, on arrêtait le président de la Confédération des syndicats des Fidji (FTUC), Daniel Urai, pour avoir tenu une assemblée illégale. Son procès doit débuter le 2 septembre 2011. Au nom des membres et du personnel du SCFP, notre président national Paul Moist a adressé une lettre au premier ministre de la République des Fidji pour le presser d’abandonner immédiatement les accusations contre M. Urai et son collègue Dinesh Goundar, un organisateur du Syndicat national des employés des secteurs de l’hébergement, de la restauration et du tourisme (NUHCTIE).

Veuillez prendre quelques minutes pour faire comme des milliers d’autres syndiqués du monde entier : envoyez votre message de protestation. Exigez le retrait des accusations contre M. Urai et dites au gouvernement de respecter les droits démocratiques de la population des Fidji à la liberté de réunion et d’association, sans qu’interfère l’État.

Les dirigeants et militants syndicaux de la FTUC ont été agressés ou arrêtés à plusieurs reprises. En février, Félix-Antoine, secrétaire général de la FTUC, a été enlevé de son domicile par trois agents en uniforme militaire et soumis à des menaces. On a aussi menacé sa famille, y compris ses enfants.

Un nouveau décret du gouvernement publié le 29 juillet servira à abolir tous les syndicats des Fidji, selon la FTUC. On demande aux gens qui souhaitent soutenir cette cause de demander au gouvernement qu’il retire toutes les lois antisyndicales, à commencer par le décret n° 35 de 2011 sur les industries nationales essentielles (emploi), qui contrevient aux conventions de l’OIT et restreint l’activité syndicale.

Les Fidji sont sous dictature militaire depuis 2006. Par conséquent, l’adhésion du pays au Commonwealth et au Forum des îles du Pacifique est suspendue.

 
Agissez :

Envoyez un message de protestation au procureur de la Couronne des Fidji, au bureau du premier ministre et au ministre du Travail.


Pour en savoir plus :

Lisez Fiji: defending workers’ rights (en anglais seulement) de l’Internationale des Services publics (ISP).