Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

« Qui s’occupera de nos clients? Comment s’en sortiront-ils? » lance Theresa Poness, membre du personnel du Welfare Rights Centre de Regina.

À une manifestation au centre-ville de Regina le 24 janvier, MmePoness affirme que ses collègues et elle, membres du SCFP 4973, s’inquiètent du sort des citoyens les plus vulnérables de la ville lorsque le centre fermera ses portes le mois prochain.

Le Welfare Rights Centre défend les personnes à faible revenu et leur offre des services de soutien depuis 35 ans, mais le gouvernement compte mettre fin à son financement le 25 février.

Le SCFP et les militants antipauvreté s’opposent à cette décision. Depuis des mois, ils essaient en vain d’obtenir une rencontre avec la ministre des Services sociaux, June Draude. Hier, ils ont exprimé leurs inquiétudes à l’entrée de l’édifice du ministère.

« Le silence ne constitue pas une réponse appropriée pour une ministre », a lancé Paul Moist, président national du SCFP, aux manifestants. Celui-ci participait à la manifestation en compagnie du secrétaire-trésorier national du SCFP et des membres du personnel. « Les personnes à faible revenu de cette ville ont besoin de ces services, et nos membres ont besoin de ces emplois. » Il a pressé la ministre d’organiser une rencontre.

Le militant antipauvreté Peter Gilmer a déclaré à la foule que « la ville a désespérément besoin de maintenir l’important travail du Welfare Rights Centre », en soulignant que les autres organismes antipauvreté sont incapables d’assumer cette charge de travail supplémentaire. « La défense des droits des plus démunis est un service essentiel, a-t-il rappelé. Les puissants et les biens nantis sont capables de protéger leurs intérêts. Nous avons besoin de plus de gens – pas de moins de gens – pour défendre ceux qui ne le peuvent pas. Ces services doivent demeurer en place. »

• Pour en savoir plus, consultez la page Facebook Support Welfare Rights Workers du SCFP.