Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.


Déclaration nationale du SCFP condamnant l’assassinat de Carlos « Caloy » Rodriguez

Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) a été profondément attristé d’apprendre la mort du confrère Carlo « Caloy » Rodriguez. Nous offrons nos sincères condoléances à sa famille et à ses collègues syndicalistes. Nous condamnons vigoureusement ce meurtre et nous demandons au président Aquino de traduire les coupables de ce crime en justice.

Une délégation du Comité national de la justice mondiale du SCFP qui s’était rendue aux Philippines en janvier 2010 a eu l’honneur de rencontrer Caloy dans le cadre de ses fonctions de président du Syndicat régional de l’eau, affilié à la Confederation for Unity, Recognition and Advancement of Government Employees (COURAGE) du district de Laguna, aux Philippines. Le SCFP national entretient des liens de solidarité avec le syndicat COURAGE et Caloy était venu, de Laguna, rencontrer notre délégation pour parler de la campagne menée par son syndicat contre la privatisation de l’approvisionnement en eau du district.

Le SCFP est le plus grand syndicat du secteur public au Canada. Nous sommes 600 000 membres, incluant des travailleuses et travailleurs du secteur des eaux. Nous appuyons le droit de tous les travailleuses et travailleurs à des salaires équitables et à de meilleures conditions de travail et nous les incitons à résister aux politiques néolibérales qui privilégient la privatisation, la libéralisation et la déréglementation au détriment des droits fondamentaux et syndicaux des hommes et des femmes du pays. Nous soutenons sans réserve le travail amorcé par Caloy et il est inadmissible que, dans sa lutte pour garder l’eau publique, qui se conjugue au combat pour l’accès à l’eau pour les pauvres, il ait dû perdre la vie.

Nous avons aussi été troublés d’apprendre que Caloy a été l’une de 22 victimes de meurtres extrajudiciaires commis aux Philippines depuis l’arrivée au pouvoir du nouveau président, Benigno « Noynoy » Aquino III, plus tôt cette année. La promesse de respecter les droits de la personne qu’il avait faite avant les élections a été brisée lorsque son gouvernement a choisi de poursuivre le programme de contre-insurrection mis en place par l’administration précédente. Nous savons que ce programme sera très critiqué, car il tente d’étouffer une dissension légitime qui vise à défendre les droits des travailleurs et à s’opposer aux mesures gouvernementales nuisibles comme la privatisation et les PPP.

Le SCFP national appuie le droit du peuple philippin à s’opposer à la privatisation des services publics et continuera à dénoncer les pratiques répressives, dont le meurtre de Caloy Rodriguez. Nous soutenons l’appel en faveur de la fin de ces meurtres extrajudiciaires et demandons au président Aquino de faire en sorte que les auteurs de ce crime soient jugés. Ces violations des droits fondamentaux et syndicaux, et la culture d’impunité qui en résulte, doivent prendre fin.

En toute solidarité.


Le président national,
Paul Moist
  

Ce que vous pouvez faire

Nous encourageons les membres du SCFP à agir : envoyez un courriel ou une lettre au président de la République des Philippines. Exigez la fin des violations des droits humains et des exécutions extrajudiciaires aux Philippines.

Envoyez votre missive à :

M. H. E. Benigno S. Aquino III
Président de la République des Philippines
Palais Malacanang,
rue JP Laurel, San Miquel
Manille, Philippines
Courrier électronique : corres@op.gov.ph/opnet@ops.gov.ph
Télécopieur : (+632) 742-1641 / 929-3936