Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

La section locale 719 ratifie un nouveau contrat

Les membres de la section locale 719 du SCFP, à l’emploi de la municipalité de Woodstock au Nouveau-Brunswick, ont voté en faveur d’un nouveau contrat de travail de 4 ans.

« Nous sommes satisfaits de cette convention collective car nous avons obtenu la protection du régime de retraite de nos membres », a expliqué Tom Steep, conseiller syndical du SCFP.

Les membres sont retournés au travail le lundi 26 octobre.  La ville de Woodstock avait décrété le lock-out le 1er octobre.


Des excuses ne suffisent pas disent les dirigeants syndicaux au gouvernement fédéral

Le jeudi 29 octobre, quatre dirigeants de syndicats nationaux ont joint leur voix à celle de la critique du NPD en matière d’affaires autochtones, Jean Crowder, afin de dire au gouvernement fédéral qu’il faudra plus que des excuses pour améliorer les conditions de vie dans les communautés autochtones du Canada.

Le président national du SCFP, Paul Moist, le président national du STTP, Denis Lemelin, le président national de l’AFPC, John Gordon, le conseiller syndical des MUA, Pat Van Horne et Mme Crowder ont tenu ensemble une conférence de presse qui a eu lieu à Ottawa afin de demander que le gouvernement fédéral agisse de toute urgence dans les principaux dossiers portant sur les droits des autochtones.

La conférence de presse a été organisée pour souligner la fin d’une campagne conjointe de cartes postales du Conseil autochtone du SCFP et de son équivalent au STTP, campagne qui permettra de livrer au premier ministre, des milliers de cartes postales signées décrivant les mesures qui peuvent être prises par le gouvernement en vue de l’amélioration des droits des autochtones.


Fin de la grève à Erie Thames Power

Après 18 semaines sur les piquets de grève, la grève à Erie Thames Power a pris fin le vendredi 23 octobre, après que les cols bleus se soient prononcés dans une proportion de 77 % pour la ratification d’une nouvelle convention collective d’une durée de 4 ans.

Le comité de négociation de la section locale, le comité de grève et les membres qui étaient sur le piquet de grève méritent notre respect et nos félicitations, pour un travail accompli de façon fantastique dans des conditions difficiles, a déclaré le président du syndicat d’Erie Thames Power, Don MacKinnon.

Les cols bleus sont rentrés au travail le mardi 27 octobre, une semaine après la conclusion d’une entente avec les cols blancs, qui étaient aussi en grève.


Nouvelle convention à Ville Mont-Royal

Réunis le lundi 26 octobre en assemblée générale, les cols bleus de Ville Mont-Royal ont accepté dans une proportion de 98 % leur nouvelle convention collective, qui sera en vigueur jusqu’en 2014.  Ce contrat prévoit des hausses salariales annuelles de 2 % à
2,75 %.  En contrepartie d’une réorganisation du travail permettant des gains de productivité, le syndicat a obtenu l’instauration d’un plancher d’emploi.  De plus, les employés manuels voient leur semaine de travail prolongée de deux heures, pour un total de 38 heures semaine, mais les pauses-repas de 30 minutes leur seront désormais payées.

« Une fois de plus, nous démontrons notre volonté d’offrir des services publics de qualité, a commenté Michel Parent, président du syndicat des cols bleus regroupés de Montréal (SCFP 301).  Nous pouvons nous entendre avec tout le monde.  Pour l’instant, c’est toujours l’impasse à la Ville de Montréal, mais quand on a des partenaires sérieux, ouverts, on arrive à faire un bon bout de chemin. »


Des leaders syndicaux et politiques manifestent en appui aux retraités

Plusieurs milliers de travailleurs de Nortel ont convergé sur la Colline du Parlement la semaine dernière afin de réclamer justice et de demander au gouvernement fédéral qu’il révise les lois canadiennes sur la faillite jugées inéquitables.

Dans l’ensemble du pays, plus de 2 000 entreprises sont actuellement sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies.  Dans l’état actuel des choses, lorsqu’une compagnie se place sous la protection de la LACC, les travailleurs passent bien après les autres créanciers comme les banques et les fournisseurs.

Le président national du SCFP, Paul Moist, était présent afin de réitérer le plein soutien du SCFP à cette cause.  Il était accompagné du président du CTC, Ken Georgetti, du président du SCEP, Dave Coles et des chefs des partis d’opposition à Ottawa,
Jack Layton, Gilles Duceppe et Michael Ignatieff.


Le SCFP lance sa tournée en faveur des garderies

Le SCFP lance une tournée pancanadienne de promotion des services publics d’éducation de la petite enfance et de garde d’enfants – des services qui profitent tant aux enfants qu’aux parents, qui soutiennent l’économie et qui endiguent la vague des garderies à but lucratif.

Sous le thème « Pour bien grandir : les garderies publiques », la tournée propose des conférences présentées par des universitaires et des militants du SCFP et vise à sensibiliser et à mobiliser les gens en faveur de la prestation publique de services de garde à l’enfance par des organismes publics comme les conseils scolaires et les administrations locales.

Parmi les participantes au forum, on retrouve Martha Friendly et Susan Prentice,
co-auteures d’un nouveau livre intitulé Les services de garde à l’enfance au Canada.

Pour plus d’information sur la tournée et son horaire : http://scfp.ca/child-care/public-child-care-tour

:te/sepb 491