Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Montréal, le mercredi 3 décembre 2008 – Le premier ministre Jean Charest aura de la compagnie pour les derniers jours de la campagne électorale au Québec. Cet avant-midi, le syndicat des répondants médicaux d’urgence (RMU) d’Urgences-santé a présenté son camion «électoral» qui sillonnera les routes du Québec, tout juste derrière la caravane du chef libéral. Le véhicule dispose de trois bannières-choc disposées de chaque côté. De plus, il est possible d’y projeter la vidéo qui expose le travail difficile des RMU, et un système de son permet de diffuser le message des syndiqués. Trois personnes, dont le président du syndicat, prendront place à bord du véhicule pour cette opération haute en couleur.

«On avait bien dit qu’on ne les lâcherait pas durant toute la campagne, a expliqué Martin Doyon, président du syndicat. Après les manifestations régionales, on se lance en tournée électorale à notre tour!». À chaque point d’arrêt de la caravane libérale, les RMU seront présents et visibles, déployant leur bannière et distribuant des dépliants de sensibilisation. Ils alimenteront même un blogue – www.caravanermu.blogspot.com – avec leurs commentaires, des photos et des vidéos relatant leurs actions.

Pour le SCFP, le message envoyé au ministre Bolduc et à Jean Charest est limpide. «Pour nous, c’est un dossier prioritaire. Il s’agit d’un petit groupe d’employés sans contrat de travail depuis décembre 2003. Ils accusent un retard salarial abyssal avec les RMU des autres grandes villes canadiennes et gagnent 32 % de moins que les préposés du 9-1-1 de la Ville de Montréal. Ils méritent d’être reconnus à leur juste valeur et nous ferons tous les efforts nécessaires pour que ces professionnels soient traités avec justice», d’ajouter Michel Poirier, directeur du SCFP et vice-président de la FTQ.

De son côté, le président du Conseil provincial des affaires sociales (CPAS), Pierre Soucy, a insisté sur les problèmes de rétention de personnel chez les RMU. «Le taux de roulement est affolant! On perd au moins 50 % des nouveaux avant la fin de leur période de probation. En avril 2007, il y avait 52 RMU pour servir la population, aujourd’hui il n’y en a plus que 44 et on va en perdre deux autres à la fin du mois. En fait, ça coûte plus cher à Urgences-santé de former des nouveaux RMU que de bien les payer pour les garder. C’est une gestion complètement irresponsable des fonds publics», a-t-il conclu.

Les RMU invitent les citoyens à consulter le site www.appuyonslesrmu.com où ils pourront visionner une vidéo choc qui illustre bien leur réalité quotidienne.

Le SCFP représente quelque 20 000 membres dans la santé et les services sociaux au Québec. En plus de ce secteur d’activité, le SCFP est présent dans 10 autres secteurs, entre autres, l’éducation, les municipalités, le transport urbain, le transport aérien, les sociétés d’État et organismes publics québécois, l’hydroélectricité et les communications. Comptant au total plus de 105 000 membres au Québec, il est le plus important syndicat affilié de la FTQ.

Ce communiqué et d’autres infos sur le site scfp.qc.ca

- 30 -

SOURCE : SYNDICAT CANADIEN DE LA FONCTION PUBLIQUE (FTQ)

/jb-sepb491-qc