Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

La bibliothèque de Victoria met la section locale 410 en lock-out

Le conseil d’administration des bibliothèques publiques de Victoria s’est prononcé par vote pour la mise en lock-out de la section locale 410 du SCFP à compter du dimanche 17 février.

Le syndicat est en position légale de grève depuis le 7 septembre 2007, mais il n’a eu recours qu’à des grèves tournantes, des piquets d’information et divers autres moyens de pression créatifs.

Le syndicat a récemment annulé son programme Amendes contre nourriture parce que le Conseil du travail de Colombie-Britannique a jugé qu’il ne s’agissait pas d’un moyen de pression légal.


Entente de principe pour la section locale 1251

Le syndicat représentant les concierges des collèges communautaires, les agents des services correctionnels et les conseillers en services sociaux du Nouveau-Brunswick a conclu une entente de principe avec le gouvernement provincial.

Les 500 membres de la section locale 1251 du SCFP sont en grève depuis le 10 janvier 2008.  Le principal point en litige portait sur les salaires.  Le vote de ratification était prévu pour le 14 février.


Le SCFP-Ontario réclame des normes de soins et de dotation de personnel pour les soins de longue durée

Le président du SCFP-Ontario, Sid Ryan, a vertement dénoncé le gouvernement McGuinty qui a annoncé une nouvelle ronde de consultation sur les soins de longue durée.  Au même moment, les travailleurs ont tenu, partout en province, des piquets d’information réclamant des normes en matière de soins et de dotation de personnel pour le secteur.

M. Ryan a souligné que le gouvernement a déjà mené suffisamment de consultations avant l’adoption de la Loi sur les soins de longue durée en juin 2007.

Le ministre ontarien de la Santé, George Smitherman, a promis des normes de soins et de personnel à de nombreuses reprises au cours des campagnes électorales de 2003 et de 2007, a dit M. Ryan.

Malgré ces promesses, la nouvelle ronde de consultation, présidée par Shirley Sharkey, ne donne aucune indication à l’effet que des normes minimales de soins pourraient être envisagées.

Le SCFP-Ontario veut que la province mette en place une norme de soins de 3 h 30 par jour pour chacun des patients – la même norme que celle qui est en vigueur en Alberta, au Nouveau-Brunswick et au Manitoba.

Les sondages menés par le SCFP-Ontario démontrent que 86 % des travailleurs ont travaillé alors qu’il manquait de personnel entre 1 et 20 fois par mois.  Les travailleurs disent aussi être 15 % à ne pas avoir été en mesure de prodiguer tous les soins nécessaires aux résidents, toujours parce qu’il manque de personnel.


Le gouvernement de Saskatchewan s’en prend aux droits des syndicats

Le gouvernement du parti de la Saskatchewan a déposé deux projets de loi qui auront pour effet de retirer le droit de grève à des milliers de travailleurs du secteur public et de faire en sorte qu’il deviendra plus difficile pour les travailleurs de se syndiquer.

Le SCFP-Saskatchewan a publié cette semaine un rapport dans lequel il affirme que les projets de loi 5 et 6 sont « les attaques les plus brutales contre les droits syndicaux jamais vues dans la province ».

Le rapport recommande fortement que le gouvernement n’aille pas de l’avant avec ces projets de loi tant qu’un comité ne les aura pas étudiés et que des audiences publiques n’auront pas été tenues.

Le projet de loi 5 retirerait le droit de grève à des milliers de travailleurs du secteur public parce que leur travail sera déclaré « essentiel ».

Dans une province où 96 % des ententes dans le secteur public sont conclues sans recours à la grève et où les syndicats négocient chaque fois une entente de services essentiels avec l’employeur, le projet de loi ressemble à une solution qui se cherche un problème.

Le projet de loi 6 quant à lui veut éliminer les accréditations sur la base de cartes et accorder aux employeurs le droit de communiquer directement avec les employés lors des campagnes de syndicalisation.

Téléchargez le rapport à : http://cupe.ca/updir/Tilt.pdf.


En Colombie-Britannique, le discours du Trône annonce la commercialisation des soins de santé

Dans son plus récent discours du Trône, le gouvernement de Colombie-Britannique a annoncé son intention de faire en sorte que les hôpitaux se fassent concurrence pour obtenir les patients.

Le Syndicat des employés d’hôpitaux affirme que la formule appelée « Modèle de financement centré sur le patient » mènera à des compressions de services et à des frais d’administration astronomiques.

Pour illustrer son propos, le syndicat a donné l’exemple de l’expérience britannique où le même modèle de financement a forcé les hôpitaux à se concurrencer les uns les autres et à faire concurrence aux cliniques à but lucratif pour obtenir des patients.

En Grande-Bretagne, les cliniques privées choisissent les patients qui n’ont besoin que de soins peu dispendieux et elles laissent les hôpitaux publics lutter pour être en mesure d’offrir des procédures plus complexes et des soins aux patients aux prises avec des maladies chroniques.

L’ancien secrétaire à la Santé de Grande-Bretagne, Frank Dobson, a confirmé que la concurrence forcée a eu pour effet de ralentir la communication de précieuses innovations parce que les hôpitaux veulent préserver leur avantage concurrentiel.

M. Dobson a aussi affirmé que les coûts liés à la traçabilité des patients et des services ont fait passer les frais d’administration de 4 % à 15 % du budget de la santé.


Les professionnels de la Société des alcools du Québec joignent les rangs du SCFP

Les 600 employés professionnels et techniques de la Société des alcools du Québec se sont prononcés par vote pour leur adhésion au SCFP.

Ces travailleurs étaient représentés par un syndicat indépendant, mais ils sont sans contrat de travail depuis 4 ans et demi.

Le syndicat a déposé une demande d’accréditation au Conseil du travail du Québec qui doit vérifier les données sur le membership avant d’accorder au SCFP le droit de représenter ces travailleurs de la SAQ.

Le SCFP représente déjà les employés des entrepôt de la SAQ.


:jvp/sepb 491