Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Ouverture de la première Conférence des droits de la personne du SCFP à Vancouver

Les membres du SCFP de partout au Canada se sont réunis à Vancouver cette semaine à l’occasion de la première Conférence nationale des droits de la personne du SCFP.

« Devant les assauts répétés du gouvernement fédéral et de nombreux gouvernements provinciaux contre les programmes économiques et sociaux et les efforts continus pour contrôler la vie des citoyens, cette conférence servira à rappeler que les droits de la personne ne doivent jamais être mis en veilleuse pour quelque raison que ce soit », a déclaré le président national, Paul Moist.

C’est Larry Grant, un aîné de Musqueam qui a ouvert la conférence. Parmi les autres invités, il y avait les militantes/avocates Anita Braha et Kiké Roach, Adriana Paz, une organisatrice pour Justice pour les travailleurs immigrants, la militante et enseignante à l’Université de Toronto, Sherene Razack et la militante des droits de la personne, Itrath Syed. Tous ces invités se joindront à Paul Moist, au secrétaire-trésorier national, Claude Généreux, au secrétaire-trésorier de la Division de l’Ontario, Fred Hahn et à d’autres dirigeants du SCFP pour participer à des ateliers et des discussions de groupe dans le but d’étudier comment les droits de la personne interagissent avec nos vies au travail.

L’inclusion est le maître mot de cette conférence, puisque ce sont des enjeux liés aux travailleurs autochtones, aux travailleurs handicapés, aux travailleurs de couleur et aux travailleurs immigrants qui seront abordés, tant dans le contexte canadien qu’international.

La Chambre des communes approuve la Loi sur les services de garde à l’enfance

La Chambre des communes s’est prononcée cette semaine par un vote de 144 contre 116 en faveur de l’adoption de la Loi C-303, la Loi sur l’apprentissage et la garde de jeunes enfants.

La loi établira des normes nationales pour la garde d’enfants, un peu comme la Loi canadienne sur la santé.

Le projet de loi sera étudié en comité avant d’être renvoyé devant la Chambre des communes pour la troisième lecture. Le projet de loi devra ensuite être approuvé par le Sénat et adopté comme loi avant d’entrer en vigueur.

Une leçon pour les libéraux de Dalton McGuinty aux élections scolaires à Toronto

Le SCFP se réjouit de l’élection de 11 candidats progressistes lors des élections scolaires qui ont eu lieu dans la région de Toronto. Ces syndics proposaient un programme réclamant une réforme de la formule provinciale de financement et un financement adéquat pour les écoles.

« En votant pour ces syndics, les parents de Toronto ont envoyé un message clair aux libéraux ontariens : la formule de financement des écoles doit être améliorée dès maintenant », dit le président du SCFP-Ontario, Sid Ryan.

Les 11 syndics élus étaient appuyés par des parents, des syndicats (dont le SCFP) et des groupes communautaires dans le cadre de Campaign for Public Education (CPE, Campagne pour l’éducation publique).

Un sondage sur les PPP évite l’enjeu de la reddition de comptes

Le plus récent sondage d’un groupe partisan de la privatisation ne pose pas les questions importantes concernant la transparence, le droit de regard et la surveillance par le public des ententes secrètes de PPP.

Le sondage du Conseil canadien pour les partenariats public-privé pose des questions sélectives et hypothétiques sur la privatisation des services publics, comme l’eau, les hôpitaux, les routes et d’autres infrastructures collectives.

La question centrale du sondage prend pour acquis que les PPP ne suscitent aucune inquiétude en matière d’accessibilité, de coûts et de qualité – une présomption difficile à admettre compte tenu des expériences menées au Canada, en Australie et en Grande-Bretagne.

En Ontario, les groupes de défense de la santé ont dû s’adresser aux tribunaux pour obtenir l’information de base sur un hôpital en PPP.

À Vancouver, les élus qui avaient la responsabilité de prendre la décision finale dans le dossier d’une ligne de transport rapide de 2 milliards de dollars se sont vus refuser l’accès à des documents clés sur le montage du projet.

Le gouvernement Harper poursuit ses efforts de privatisation des services par le biais des PPP, une décision qui affaiblira encore la capacité des conservateurs de rendre des comptes.

Les travailleurs de la bibliothèque de Penticton disent oui au SCFP

À Penticton en Colombie-Britannique, 19 travailleurs de la bibliothèque se sont prononcés à une écrasante majorité en faveur de leur adhésion au SCFP à titre de sous-section de la section locale 608 du SCFP.

« Ces travailleurs envisageaient de se joindre à notre syndicat depuis longtemps », a déclaré Rob Hewitt, conseiller syndical du SCFP, à l’issu du vote.

Au Québec, un lock-out menace la saison d’un centre de ski

Malgré le fait que le syndicat ait offert de prolonger son contrat de travail, le gestionnaire du Centre de ski Mont Orford, près de Magog au Québec, a annulé la saison un peu plus tôt cette semaine.

Les 100 membres de la section locale 1232 du SCFP sont en lock-out depuis le 31 octobre. La fermeture du centre touche aussi 300 autres employés du centre.

C’est la volonté du gouvernement de privatiser le centre de ski et le parcours de golf du Mont Orford par le biais de sa Loi 23 qui fait achopper les négociations.

Le gouvernement a loué le territoire au promoteur, André L’Espérance, qui est propriétaire des équipements du centre de ski. Mais dans le cadre de son processus d’appel d’offres, le gouvernement veut annuler son entente avec M. L’Espérance.

Le lock-out semble autant provenir d’un effort de la part de M. L’Espérance de soutirer plus d’argent au gouvernement que de sa volonté de coincer les travailleurs. Le gouvernement devra faire en sorte de régler le problème du lock-out si elle veut mener son plan à bien.

Pendant ce temps, le gagne-pain des 400 employés du centre et la santé économique de la région sont menacés.

Des conseillers pour les sourds se battent pour des salaires et des lieux de travail équitables

Les conseillers en programmes d’apprentissage à l’emploi de la Bob Rumball Association for the Deaf (BRAD, Association pour les sourds Bob Rumball) de Milton en Ontario, affirment qu’ils sont prêts à se battre pour obtenir des salaires et des lieux de travail équitables et le respect qui est refusé à de nombreux travailleurs sourds.

Il s’agit des premières négociations pour la section locale 4763 du SCFP. Certains des employés de BRAD n’ont pas obtenu d’augmentation de salaire depuis près de 10 ans. Les autres gagnent des salaires qui sont nettement sous la moyenne du secteur.

Les travailleurs assurent des soins communautaires et en résidence, ils sont conseillers en programmes d’apprentissage et en soutien familial auprès d’enfants et d’adultes sourds et handicapés par un retard de développement.

Les travailleurs de l’aide sociale à l’enfance de Nouvelle-Écosse préoccupés par un numéro 1-800

Les travailleurs de l’aide sociale à l’enfance de Nouvelle-Écosse sont inquiets suite à l’annonce du lancement, par le ministère des Services communautaires, d’un numéro 1-800 qui remplacera les services sur appel.

Le nouveau système reposerait sur la mise à jour des dossiers des travailleurs qui seraient rendus accessibles sur le système informatique à l’intérieur d’un délai de 24 heures. Mais le SCFP souligne que dans les régions rurales, les travailleurs des Sociétés d’aide à l’enfance peuvent être sur la route pendant plusieurs jours de suite. De plus, ils sont nombreux à ne pas disposer d’un ordinateur portable et à n’avoir aucun accès au système informatique à l’extérieur de leur bureau.

« Dans certains cas, nous éprouvons des difficultés à respecter l’ancienne norme de 72 heures pour la mise à jour des dossiers, alors imaginez 24 heures », dit John Atwater, porte-parole du SCFP.

Le SCFP et Leisureworld Muskoka s’entendent sur un nouveau contrat

La section locale 2481 du SCFP et Leisureworld Muskoka ont conclu une nouvelle convention collective d’une durée de trois ans. Le contrat a été ratifié par les deux parties.

Le SCFP représente 100 membres du personnel des services de soins infirmiers, de diététique et d’entretien de cet établissement de soins de longue durée de l’Ontario. Le nouveau contrat comprend une augmentation de salaire de 7,25 % sur trois ans et des améliorations aux primes de quart et aux congés pour deuil.

Joignez-vous à la journée d’action du 10 décembre pour l’égalité des femmes

L’Alliance féministe canadienne pour l’action internationale, en collaboration avec un groupe ad hoc d’organisations nationales et régionales, a lancé une campagne d’une durée d’un mois pour la promotion de l’égalité des femmes et des droits de la personne.

De récentes décisions du gouvernement fédéral ont durement frappé les femmes, notamment le retrait du mot égalité et l’exclusion de tous les groupes féminins de défense de cause et de lobbying des programmes fédéraux de subventions. Il faut aussi ajouter une baisse de 40 % du budget de Condition féminine Canada, l’annulation du programme de contestation judiciaire, le refus d’adopter des améliorations à la Loi sur l’équité salariale et l’annulation du Programme national de garde d’enfants.

La campagne se poursuivra jusqu’à la Journée internationale des droits de la personne du 10 décembre. Les membres du SCFP sont invités à joindre leur voix à cette dénonciation des compressions et changements qui feront très mal aux femmes et aux familles.

Pendant ce temps, le SCFP a fait parvenir au premier ministre Harper une lettre dans laquelle il lui demande de soutenir le projet de création, par l’ONU, d’une Agence internationale de la femme.